WOLF – Tyler, The Creator

Share this post

tyler-the-creator-wolf-baskets-blanchesJe pense que nous sommes majoritairement d’accord, pour balancer une pochette d’album pareil, il faut être fou, provocateur, perché ou s’appeler Tyler, The Creator. Après, l’image que je m’étais donné de l’artiste suite à l’écoute de son album « Goblin », la pochette de son nouvel opus intitulé « Wolf » n’améliorait pas les choses. Je suppose que c’était l’effet escompté, d’ailleurs il y a des références à cela dans « Wolf » mais « Goblin » m’avait plus choqué qu’autre chose. Bien qu’ouvert d’esprit, de par ses lyrics l’album « Goblin » me paraissait complètement immature et déplacé. Tyler avait trop tiré sur la corde raide en surjouant le côté provoc’, ce qui effaçait tout le travail sonore qui habillait les textes. Dans le souci de connaitre l’évolution du leader du crew Odd Future, je me suis quand même procuré son dernier album.

C’est sans grande conviction que je me suis penché sur le sujet, sachant tout de même il faut l’admettre, que le clip de « IFHY » feat Pharell m’avait pas mal interpelé. Encore une fois, Tyler, The Creator a fait preuve d’originalité, apportant visuellement ce côté fantaisiste qui manque cruellement au rap de nos jours. Même si le registre est complètement différent, ce côté Busta Rhymes à l’ancienne m’a beaucoup plu. Je parle de cet univers décalé entre le dessin animé et la projection dans l’univers d’un homme psychologiquement atteint. Je ne sais pas si c’est l’impression que vous avez en matant les clips de Tyler ou de son crew mais il y a toujours ce brin de démence qui règne.

Fou ? absurde ? audacieux ? original ? Je ne sais pas quel est le bon mot pour définir l’album « Wolf » mais finalement chacun de ces mots s’y prêtent. Terminé les histoires de viol, de démon, de blasphème, ici Tyler, The Creator nous plonge dans un tout autre délire. « Wolf » est un album qui nous raconte une histoire, à travers un décor: le camp « Flog Gnaw », et des personnages: Wolf, Sam, Dr TC (que l’on connaissait déjà et qui n’est autre que la conscience personnifié du MC) et Salem le brin de féminité qui vient rythmer l’histoire. Tyler, The Creator, nous emmène dans son monde, faisant parler ses différentes personnalités via des protagonistes tous aussi dingue les uns que les autres. Ce qui est fort dans l’album c’est que Tyler The Creator, est parvenu à raconter une histoire bien ficelée avec des ponts entre les titres, des clins d’œil à son entourage (Frank Ocean, Earl Sweatshirt…), à la presse et des renvois ci et là à des moments clés de l’album.

Alors c’est sur, on ne capte pas tout dès la première écoute et il vous en faudra un bon nombre pour comprendre le délire de Tyler The Creator. Le type nous parle d’amour, de trahison, de jalousie, d’envie de meurtre, de fanatisme, des méfaits du crack et de la vente de drogues, de sa haine envers son père absent, d’homosexualité, de son regard sur les médias et ses fans…Autant de sujet que le emcee aborde à sa manière. Le tout sur des sons fait sur mesure, puisqu’il compose l’intégralité de son album. L’un des fils conducteurs de cette galette, c’est Salem, le personnage féminin de l’album qui donne du fil à retordre à Wolf et Sam, qui je préfère vous le rappeler ne sont autres que les reflets des personnalités de Tyler. Il faut l’avouer, j’ai rapidement fait le lien entre Sherane qui est la meuf dans l’album de Kendrick Lamar et de Salem celle de Tyler. La construction n’est pas la même, les univers sont complètement opposé mais dans l’idée, j’ai trouvé des points communs entre les deux albums. Y’a t-il eu inspiration, je ne saurais vous l’affirmer…

Tyler, The Creator est tellement perché parfois, qu’après maintes et maintes écoutes, j’ai encore la crainte d’être passé à côté de certaine chose. Écouter « Wolf » et tenter d’assimiler l’histoire, c’est accepter de se mutiler la cervelle, le temps d’un album. C’est aussi la preuve que « Wolf » est un album à écouter de fond en comble pour en capter l’essence. Car c’est au bout de plusieurs écoutes que j’ai découvert certaines parties cachées de l’iceberg. Je ne crois pas qu’il faille tout prendre au premier degré et même après cette chronique, je continuerai d’écouter « Wolf » car j’ai l’intime conviction que le mec balance des messages qui vont au delà des lyrics (Ouai, ça m’a perturbé à ce point, surement que ce n’est pas le cas mais bon…). Ou alors suis-je fou ? En tout cas pas plus que Tyler, qui passe de lui à un autre lui, d’une rime à une autre. Quoi qu’on en pense globalement, les lyrics font moins grincer des dents que dans « Goblin ». Tyler, The Creator, serait-il plus mature ? Je ne pense pas.  Il a simplement réussi son coup avec le choc de « Goblin » et nous attire sur un nouveau terrain où le mot « faggot » est de rigueur et où il n’hésitera pas à te demander de « sucer sa b*te » si tu pensais qu’il c’était calmé après « Goblin ».

Les compositions sont toutes signées Tyler The Creator et il faut dire que c’est aussi une des forces de l’album. De toute façon lorsque le rappeur compose lui même sa musique, on ressent plus facilement l’alchimie entre elle et le flow. Tyler, The Creator a apporté un univers entre le beat bien brise nuque et le son plus expérimental aux teintes jazzy. La bande son est juste une réussite énorme et associé à la voix grave de TC, je ne me surprends plus à penser que « Wolf » est un bon album. Je ne peux camper sur mes a priori car le résultat parle de lui même. La qualité est lyricale, sonore mais on la retrouve aussi au niveau des invités. Frank Ocean (évidemment), Hodgy Beats, Mike G, Left Brain, Jasper, Domo Genesis, Earl Sweatshirt, le crew Odd Future en somme mais aussi, Laetitia Sadier, Casie Veggies, Nas, Erykah Badu et Pharell entre autres, sont les guests de « Wolf ».

Évitons les cases: « Hardcore », « Sensé », « Experimental » etc… Tyler, The Creator est premièrement un rappeur et son album est réussi. Qu’on se focalise sur les textes ou pas, à l’oreille le projet est clean. Maintenant, pour les auditeurs qui cherchent comme je l’ai fais à rentrer dans le détail des lyrics et comprendre même ce qu’il n’y a pas à comprendre alors cet album va vous occuper un petit moment. Je vous invite à découvrir cet album, si ce n’est pas encore fait et si vous vous en êtes déjà imprégné, n’hésitez pas à partager vos points de vues en commentaire. (Ma conscience me demande d’ajouter une demi basket à la note ci-dessous)

Note:

trois

 

 

 

1. “Wolf”
2. “Jamba” feat. Hodgy Beats
3. “Cowboy”
4. “Awkward”
5. “Domo 23″
6. “Answer”
7. “Slater/Escape-ism” feat. Frank Ocean & Dave Matthews
8. “48″
9. “Colossus/The Bridge of Love”
10. “Partyisntover/Campfire/Bimmer” feat. Lætitia Sadier & Frank Ocean
11. “IFHY” feat. Pharrell
12. “Pigs”
13. “Parking Lot” feat. Mike G & Casey Veggies
14. “Rusty” feat. Domo Genesis & Earl Sweatshirt
15. “Trashwang” feat. Na-kel, Jasper, Lucas, L-Boy, Taco, Left Brain & Lee Spielman
16. “Treehome95″ feat. Coco O. & Erykah Badu
17. “Tamale” feat. Tallulah
18. “Lone/Jornada”

Share this post

Franckie Small

Hoodster. Je chausse du 42,5 et je vous emmerde.

3 comments

Add yours
  1. Brouusse 21 septembre, 2013 at 15:19 Répondre

    Ce CD est une merveille on s’en une vraie evolution lyrics beaucoup mieux instru enorme et puis il faut se rappeler qu’il gere tout tout seul(clip, Pochette donc les concept et tout) Un genie. perso j’aurai mis un 5/5

  2. tylerrr 13 juillet, 2013 at 04:29 Répondre

    en meme temps tyler est tres gamin dans sa tete ses pour sa qu’il est un peu décaler est je sais pas si vous le savé mes tyler a le sindrome de peter pan (qui ne ve pas grandire)

  3. hiphopadict 25 avril, 2013 at 21:00 Répondre

    Très bonne chronique qui m’a permis de mieux comprendre l’album.
    Je n’ai pas cherché à comprendre les lyrics du coup je suis passé a coté de ce que tu raconte, je vais juste parlé du ressenti musicale.

    Très bon opus, j’avais pas aimé son premier mais là je suis conquis.
    L’album est bien taffé, plus mature avec une vrai ligne directrice.
    Tu rentre directement dans son univers, sa voix charismatique fais le reste.
    Le mec a un talent indéniable pour kicker et les productions sont bien choisis.

    Un album a écouter !!

Post a new comment