Weekend at Burnie’s – Curren$y

Share this post



« Weekend at Burnie’s » ça ne vous dit rien? Une comédie américaine peut être? ou bien le nom du nouveau projet de Curren$y, rappeur de la Nouvelle Orléans et ami de Wiz Khalifa. D’ailleurs si on s’en tient aux dires de Wiz Khalifa pour l’interview Baskets Blanches, ces deux là devraient sortir un projet en commun dans les mois à venir. En attendant je me suis procuré le dernier street album de Curren$y qui fait parti des artistes les plus chroniqués sur Baskets Blanches (« Pilot Talk II », « Return to the winners circle », « Covert Coup ») avec Gucci Mane, Soulja Boy et Waka Flocka Flame.

Est-ce que vous voyez la pochette du street album de Curren$y? (En haut à gauche du texte…) Percevez-vous cette ambiance nocturne, perdu dans le cosmos ou sur une plage accompagné de champagne, d’une jolie demoiselle et de quoi planer toute la nuit? Sentez-vous ce nuage de fumée musicale qui vous prend et vous transporte aussi loin et vite que pourrait vous faire voyager une lamborghini volante? Du délire? c’est pourtant ce que vous allez ressentir en écoutant ce nouveau projet de Curren$y.

L’ambiance est 100% Laiiiiiiid Back!!! Curren$y excelle dans ce créneau de rappeur nonchalant, kickant des textes embrumés de weed. Jusqu’ici j’avais un peu de mal avec les projets du mc mais grâce à « Weekend at Burnie’s » et l’atmosphère qui s’en dégage, je commence à accrocher au concept de Curren$y. Comme quoi il faut parfois plusieurs projets et plusieurs écoutes pour comprendre un artiste et valider son évolution.

Comme je vous le disais les titres sont tous posés, je ne sais pas si ce sont les textes qui se marient aux instrus ou le contraire mais le résultat est vraiment pas mal. Mélodieux et entre un peut tout les styles, les prods sur lesquels Curren$y rappe sont finalement uniques et totalement appropriées à son univers. On se retrouve parfois sur la west coast, des fois sur la east coast ou dans une sorte de rap alternatif modéré.

Les thèmes eux sont souvent les mêmes que sur les autres projets: argent, meufs, rap game, sa vie. Mais Curren$y possède une manière particulière de conter les choses donc on est tout de suite captiver par chaque son. Même les invités du rappeur ont l’air d’avoir « smoke » la même substance que lui. Trademark & Young Roddy sur les morceaux « Still », « Get Paid » et « On Gs » ou Fiend et International Jones sur « Televised » titre dans lequel Curren$y reprend la fameuse lyrics de Gil Scott Heron à contre pied « The revolution will be televised ».

De très bons morceaux sur « Weekend at Burnie’s » tel que « Televised », « She don’t want a man », « Get Paid », « JetsGo » pour ne pas tous les citer! Encore faut-il avoir envie de se poser calmement et d’apprécier un rap « cannabis »: relaxant, agréable mais surtout enivrant car on ne sort pas sobre de l’écoute de ce projet. Je suis agréablement surpris de ce street album même si j’attendais un peu Curren$y au tournant! « Weekend at Burnie’s » est comme je vous l’ai dis en intro, la tape parfaite pour se poser sur la plage un soir d’été, portes de la voiture ouvertes, un peu de tize (Boisson. Le terme étant généralement employé pour parler d’alcool) et de quoi fumer (si vous ne fumez pas, il est inutile de commencer juste pour faire comme Curren$y), posé avec des potes ou avec une demoiselle la combinaison fonctionne dans les deux cas…

Note:8/10

Share this post

Franckie Small

Hoodster. Je chausse du 42,5 et je vous emmerde.

No comments

Add yours

Connect with Facebook