Watch the throne – Kanye & Jay-Z

Share this post



Il est 2h28 du matin, je m’appelle Franckie Small et je reviens d’une excursion vers une dimension parallèle. Je préfère écrire et immortaliser dans une chronique ce que j’ai vécu afin que tout le monde soit au courant de ce qui se trame. En lisant ces quelques mots vous devez sûrement vous demander de quoi je vais parler, n’est ce pas? Je viens tout simplement d’écouter « Watch the throne » le nouvel album en commun de Kanye West et de Jay-Z.

Tout le monde en parle depuis des mois, certains voyaient cet album comme l’album de l’année voir de la décennie (ils n’ont même pas attendu que le projet sorte les fourbes), d’autres se la jouaient plus terre à terre en criant au coup marketing sans valeur ajoutée (Mouillez-vous un peu les gars, c’est trop facile de dire ça!). A vrai dire qu’on soit né dans un hôpital ambiancé par GrandMaster Flash ou qu’on ai un casque greffé au cerveau, personne ne peux vraiment prédire la qualité d’un projet.

Et pour remettre tout le monde en place, je dirais même que « Watch the throne » n’est pas l’album de l’année…Tout simplement parce qu’elle n’est pas terminée (ah j’en vois qui sursautait déjà sur leur siège!). Ceci dit Yeezy et Hova mettent une véritable option avec cet album en commun (le trône n’est vraiment pas loin d’eux!!!). Et il faut le dire, qu’on le veuille ou non la sortie d’un tel album est inévitablement marketing sachant qu’aujourd’hui Kanye West et Jay-Z sont des icônes et que leurs noms sonnent comme des marques.



Trêve de bla bla, passons au plat de résistance. « Watch the throne » peut-il rassasier les amateurs de hip hop? Qu’est-ce que cette collaboration inédite (pour un album) peut apporter à notre cher et tendre mouvement? Et bien je vous le dis sans plus attendre, la force de cet album réside dans l’originalité des instrumentaux. Kanye West et Jay-Z nous emmène littéralement dans une autre sphère sonore avec « Watch the throne ».

Tout commence avec le titre « No church in the wild ». Avec Frank Ocean au refrain, Kanye et Jay montrent un peu le chemin en nous disant de manière subliminale: « Vous avez entendu nos derniers albums? vous avez entendu les prods de Frank Ocean et de sa team « Odd Future »? Vous entendez l’instru sur lequel on pose? Et bien l’avenir du rap c’est ça!!! ». Pourtant, rien de réellement bluffant sur ce titre si on se réfère à « My beautiful dark twisted fantasy » le dernier album de Yeezy, mais cela laisse présager que le rappeur avait déjà une longueur d’avance, que Jay-Z l’a bien compris et qu’à deux les emcees vont le montrer à toute la planète H.I.P H.O.P.



« Watch the throne » est un album atypique et intemporel. Même lorsque les deux prétendants au trône rappent sur une prod aux sonorités Soul comme sur « Otis » qui reprend le sample de « Try a little tenderness » d’Otis Redding ou sur « New Day » produit par RZA sur un sample de la voix de Nina Simone, le produit est travaillé de manière à ce qu’on ne puisse pas vraiment dire à quel style correspond la prod (90’s, Dirty South, QB, West Coast, Alternatif, Club…). Je ne peux malheureusement pas vous parler de toutes les pépites instrumentales que contient l’album mais ce qui est sûr c’est que je ne terminerai pas ma chronique sans vous parler de « Who gon stop me ».

C’est tout simple…Soit je botte en touche et je qualifie le morceau de « rap alternatif » et on en parle plus. Soit je persiste et signe en disant qu’avec cette ambiance chaotique/extra terrestre proche de l’univers musical de Tyler The Creator, Jigga et Yeezy nous montre la voie vers le futur. Mes chances de me tromper sont infimes, même si ça doit prendre du temps, bientôt les rappeurs ne jureront que par ce genre d’instrus.



Au niveau des thèmes, les deux rappeurs sont sur leur planète: Swagg, Luxe, Réussite, Fast life, le tout saupoudré d’un soupçon d’amour « Why i love you » feat Mr Hudson et de conscience sociale (raciale?). Dans « Murder to excellence », les emcees poussent la communauté noire à s’émanciper, à cesser le feu et prendre le chemin de la réussite. Sur « Made in America » ils rappent leur parcours et leur réussite. Jay-Z qui prend un peu plus le mic que Kanye s’est permis d’inviter sa dulcinée (Beyoncé) sur « Lift Off » morceau dans lequel on nous emmène dans un voyage vers la gloire des trois artistes, symbolisé par un décollage en fusée.

Textuellement, je ne peux pas remettre en cause le niveau des textes des deux rappeurs mais je dois dire que sur certains titres, les mecs se sont pas foulés. Un seul et unique couplet chacun sur New Day » ou un enchaînement de passe-passe succinct comme sur « Gotta have it ». Il faut l’admettre parfois les titres de cet album manque de matière au niveau des textes. Heureusement que les flows sont toujours là pour compenser.



Bien que l’album ai été un peu encensé avant sa sortie et que je m’attendais à un niveau encore plus puissant, je ne peux pas dire que je suis déçu de cet album, au contraire, c’est une réussite. Le duo apporte ici ce que l’on veut entendre tout simplement.

Sans trop de promo, sans trop en faire, Kanye et Jigga ont réussi leur coup. Quasiment tout est bon à prendre dans « Watch the throne », mais au delà des flows (pas de dingueries réelles au final) et des thèmes (rien de fabuleux), soyez attentifs aux instrumentaux qui forment un condensé très intéressant de « 808’s & Heartbreaks », de « My Beautiful Dark Twisted Fantasy », de Soul, de Pop, de Rock, d’Electro, de Rap d’aujourd’hui, d’hier et surtout de demain…

Note: 8,5/10



Share this post

Franckie Small

Hoodster. Je chausse du 42,5 et je vous emmerde.

No comments

Add yours