The Stoned Immaculate – Curren$y

Share this post

La menace continue de planer sur le rap français…A l’heure où les couleurs rapologiques en France restent généralement homogènes sans véritable démarcation, certains rappeurs américains ont décidé d’atteindre projet après projet, la meilleure qualité possible. C’est le cas de Curren$y aka Spitta Andretti, en plus d’être super prolifique avec un projet environ tous les 6 mois (j’ai bien dit environ, avant que certains viennent dire « Non mais entre tel et tel projet y’a eu plus de 8 mois d’attente…) monsieur Jet Life nous apporte une atmosphère musicale bien à lui.

Désolé, j’ai failli aller plus loin sans vous présenter le projet dont nous allons causer ici. Il s’agit de « The Stoned Immaculate » le nouvel album de Curren$y dans les bacs depuis le 5 juin 2012 sortie chez Warner Music. Au départ, mes 2 premières écoutes furent bafoué par un détail dont je n’avais pas pris compte en mettant ce projet dans mes oreilles. Il s’agissait de l’ambiance, sachez mesdames, mesdemoiselles et messieurs que « The Stoned Immaculate » est un projet qui s’écoute dans le calme le plus complet. D’entrée de jeu mon erreur fut d’écouter ce projet avec la pêche (je dis pas non plus de se le faire dans un bad mood = mauvaise humeur), déambulant dans les métros parisiens sans m’apercevoir que mes neurones étaient trop speed pour pouvoir apprécier une musique qui se déguste dans la détente totale.

Comprenez que mon cerveau allait trop vite pour ses instrus aux BPM plutôt lents et pour ce flow nonchalant. Si vous ne connaissez pas Curren$y, prenez la cool attitude de Wiz Khalifa et rajoutez-y une touche de mélancolie dans la voix et l’interprétation des titres. « The Stoned immaculate » se caractérise par deux points. Le premier c’est le flow régulier et quasi identique de Curren$y de track en track. Le gars maîtrise sa façon rectiligne de rapper et n’envisage que très rarement une escapade sur un flow plus rapide, plus enjoué ou plus dynamique. Spitta est bon sur son créneau, c’est ce qui fait sa force mais qui rend aussi son album monotone niveau flow. Heureusement, qu’interviennent les invités pour apporter de la variété à l’album mais nous en parlerons après, pour l’instant abordons le second point important de cet album: les instrumentaux.

Nous avons affaire à un véritable petit bijou sonore. Au delà des textes et du flow apporté sur le projet, il faudrait faire un vrai focus sur la qualité des productions qui sont rassemblées sur ce projet. Pharell, Monsta Beatz, Daz, Bink!, J.U.S.T.I.C.E League, Tone P, DJ Toomp, voici une partie des producteurs présents sur le projet. Dans l’ensemble, les prods sont assez posées, l’atmosphère qui s’en dégage est vaporeuse, on a l’impression de planer du début à la fin de l’album. C’est la raison pour laquelle, il faut écouter cet album relax sur son canapé ou en roulant tranquille, de nuit sur une route de campagne, loin du stress de la ville. Bon, j’abuse un peu avec mon histoire de campagne mais tout ça pour vous faire comprendre qu’il y a un très bon travail de prods et de choix de prods et qu’il serait dommage d’écouter l’album dans des conditions inappropriées.

Pour les featurings, la séléction est correcte et les invités ont tous respecté Curren$y. Certaines collaborations sortent quand même du lot comme « No squares » feat Wiz Khalifa, « Capitol » feat 2 Chainz, « Fast cars, faster women » feat Daz et le sublimissime « Chasin Papers » feat Pharell. Sur le titre en featuring avec Pharell, il faut souligner plutôt deux fois qu’une le refrain et la prod qui doit surement être homologué par Mr Williams (Pharell Williams) lui même. Le titre « Take you there » feat Marsha Ambrosius n’est pas mal non plus. Pour le reste des invités vous retrouverez Wale, Young Roddy, Trademark, Corner Boy P, Estelle, Big K.R.I.T et Smoke DZA pour ceux qui ont la version avec les Bonus tracks.

« The stoned immaculate » est un album très bien travaillé, et pour que ça rentre bien dans vos têtes, je me répète,  il y a sur ce projet de belles sonorités. Tout ce que je peux reprocher sur cette galette c’est le manque de prises de risques de Curren$y sur la façon de poser ses textes. Ceci dit, je vous recommande cet album qui va vous faire du bien, surtout aux amateurs de cool attitude et de rap laid back. A vos calumets (et/ou vos sirops)…

Note: 15/20 

Share this post

Franckie Small

Hoodster. Je chausse du 42,5 et je vous emmerde.

No comments

Add yours