Tha Carter IV – Lil Wayne

Share this post



Cet été les albums que tout le monde attendaient étaient « The R.E.D Album » de Game et « Tha Carter IV » de Lil Wayne. Aujourd’hui, c’est le tour de Weezy de passer au laboratoire Baskets Blanches avec son 10ème album. Ah ouai mon vieu (ou ma vieille) Lil Wayne n’est pas musicalement né le jour où tu l’as découvert dans le clip de « Soldier » des Destiny’s Child.

Le protégé de Baby Birdman a commencé il y a bien longtemps (en 1999) avec « Tha block is hot » son premier album. Ceux qui le suivent depuis le début vous diront sûrement qu’avant l’arrivée des « Tha Carter » le meilleur album de Lil Wayne était « 500 Degreez » (pour moi ça l’est).

Tout ça pour dire que Lil Wayne à une carrière assez importante derrière lui que ce soit avec Hot Boyz (Juvenile, B.G, Turk et lui même) son 1er groupe ou en solo. « Tha Carter IV » n’est donc pas à considérer comme l’album de l’ascension de Lil Wayne mais plutôt de la maturité. Lil Wayne a déjà atteint le top et essaye d’y rester avec ce nouvel opus.

Commençons par le flow et les textes de Lil Wayne. Le rappeur de la Nouvelle Orléans reste fidèle à son flow et bien que l’utilisation de l’auto-tune soit parfois de trop, l’ensemble reste agréable à l’oreille. Les textes eux sont bons et Weezy s’améliore d’album en album, quand on tend bien l’oreille on s’aperçoit de phases assez surprenantes qu’auraient pu sortir un Nas ou un Common par exemple.

Les sonorités sont à la hauteur de l’événement, « Tha Carter IV » est un condensé de morceaux down south et de titres plus posés, plus mélodieux et plus profonds au niveau des instrumentaux. Lil Wayne a su marier ses textes aux productions, ce qui donne un résultat homogène (J’ai l’impression de parler comme un prof au conseil de classe des fois: « Les résultats sont homogènes, cependant… »).

Contrairement à Game (comparaison oblige!) Lil Weezy a bien mixé les titres les plus hardcores aux titres les plus doux (bon pas doux, mais plus harmonieux). On monte en pression et on redescend sans s’en rendre compte, l’ensemble de l’album est vraiment fluide à écouter. Pas de fausses notes sur « Tha Carter IV », les invités ont répondu à l’appel et ont relevé le niveau comme il se doit.

T-Pain qui m’agaçait de plus en plus avec ses dernières apparitions m’a bien eu avec « How to hate », « Interlude » feat Tech N9ne ou « Its Good » feat Jadakiss et Drake sont de très bons titres. Une spéciale pour le flow de Tech N9ne dans son couplet. Je ne vous parle même pas de Busta Rhymes sur l' »Outro » qui a mis à l’amende tous les autres emcees qui sont Nas, Shyne, Bun B et Weezy.

Inutile de vous parler de « 6 foot 7 » feat Cory Gunz, de « She will » feat Drake, de « John » feat Rick Ross ou de « How to love » que vous connaissiez déjà tous avant la sortie du projet. Ce 10ème album de Lil Wayne confirme bien son talent et sa faculté à s’adapter à l’air du temps. Il propose les sonorités que l’on aimerait entendre, il varie les thèmes et invite les bonnes personnes sur les bons morceaux. C’est presque un sans faute pour le leader de Young Money.

J’ai pensé quelques secondes que peut-être j’ai apprécié cet album suite à la déception que j’ai eu avec le dernier Game. Mais finalement c’est vraiment indépendamment que je valide « Tha Carter IV ». Et il n’y a qu’à écouter les titres « Blunt Blowin », « She Will », « John » ou « President Carter » pour confirmer que l’album est réussi et bien travaillé.

Note: 8,5/10

Share this post

Franckie Small

Hoodster. Je chausse du 42,5 et je vous emmerde.

No comments

Add yours

Connect with Facebook