SlaughterHouse EP – SlaughterHouse

Share this post



Comment vous présenter Slaughterhouse puis passer à la chronique sur « Slaughterhouse EP » sans parler 20 ans de la carrière de chaque artiste composant le collectif? OK j’ai trouvé c’est simple.

Vous avez:
Crooked I: rappeur californien, 3 albums, 6 mixtapes, ex-membre DPG Records, ex-membre Death Row Records.
Royce da 5’9: rappeur de Detroit, 4 albums, 6 mixtapes, ex-Bad Meets Evil (duo avec Eminem) et fraichement signé chez Shady Records (Label d’Eminem).
Joell Ortiz: rappeur New Yorkais (Brooklyn), 3 albums, 5 mixtapes, brand new Shady Records member (c’est en anglais, mais vous comprendrez!).
Joe Budden: rappeur New Yorkais (Harlem), 4 albums, 6 mixtapes, ex-Desert Storm.

Voilà en gros pour ceux qui ne les connaissent pas, les membres du collectif Slaughterhouse on tous eu des carrières solos importantes dans le rap américain et portent chacun déjà bien haut l’étendard de leurs villes d’origines. L’équipe s’est formée suite à un morceau intitulé « Slaughterhouse » paru sur la mixtape de Joe Budden « Halfway House ». Les 4 « fantastiques » ont récemment rejoint l’écurie d’Eminem et préparent un album qui ne devrait pas tarder à voir le jour.

Concernant le EP « Slaughterhouse EP » je vous mentirais si j’affirmais que ce n’est pas du Hip Hop. Les instrus sont dynamiques et font bien l’effet de brisement de nuque. D’ailleurs si vous écoutez ce projet sans modération preparez vous à des soucis d’articulations. Il n’y a que 6 titres sur « Slaughterhouse EP » mais ce sont tous des bons morceaux dans lesquels les flows des 4 emcees s’accordent parfaitement. De quoi faire le bonheur des aficionados de real Hip Hop. En parlant de Hip Hop et de mouvement, c’est bien ce genre de projets qui manquent en France!! Hey les gars faites des collaborations, créez l’évènement.

Les mecs viennent des 4 coins des States et arrivent à se mettre en osmose sur un projet duquel va découler un album. C’est pas mal non? Bon y’a surement le gros billet qui va avec, on va pas se mentir mais quand même… « Slaughterhouse EP » est un bon petit projet qui donne envie d’entendre la suite et qui confirme que les goûts et le flair de Slim Shady sont toujours d’actu.

Si on s’en tient à la traduction de « Slaughterhouse » qui signifie l’abattoir, je pense que le taf est bien commencé mais devra être achevé avec l’album.
PS: Le deuxième « white boy » pas Eminem mais l’autre avec le bonnet noir sur la couverture du magazine, c’est Yelawolf qui a aussi signé chez Shady Records.

Note: 8,5/10




Share this post

Franckie Small

Hoodster. Je chausse du 42,5 et je vous emmerde.

No comments

Add yours

Connect with Facebook