Rolling Papers – Wiz Khalifa

Share this post



On l’attendait tous depuis un moment et il est enfin arrivé (Youpiiii!!!). « Rolling Papers » c’est le nom du nouvel album de Wiz Khalifa. Comme une cargaison de weed attendue par des milliers de junkis en quête d’apesanteur, le mc nous l’a livré bien verte et déja fumante avant même la première latte (cf: la cover). Mais peut-on se réjouir d’un produit sans l’avoir testé?…Je vois qu’on est tous du même avis, voici donc pour vous chers lecteurs, lectrices, accros aux diverses drogues et substances fumables ou audibles, la chronique sur « Rolling Papers ».

Tout commence harmonieusement avec une intro piano qui lance l’album. Le titre s’appelle « When i’m gone » et là on se rend compte directement qu’il s’agit d’un mélange réussi d’instrus Rap et Pop. D’ailleurs ce style est présent quasiment tout au long de l’album, à part sur les morceaux  » Black & Yellow » qu’on ne présente plus, « Rooftops » feat Curren$y et « On my level » feat Too $hort. Parlons-en aussi de « On my level » c’est le deuxième titre de l’album et sans doute le meilleur.

Le son est deep et nous emmène en express là où on attend Wiz Khalifa. Si ce n’est pas encore fait, c’est normalement à cet instant qu’on sort le briquet et le joint qu’on s’est roulé pendant l’écoute du premier morceau (Je rappelle que je ne fume pas mais que j’adore parler de ça, tel un gandja man refoulé). Pour ceux qui s’attendent à un album purement Hip Hop, je préfère vous mettre en garde ça l’est en partie mais comme je vous ai dit quelques lignes plus haut, le tout est vraiment métissé avec de la Pop.



On sent à travers cet album que Wiz Khalifa apporte quelque chose de neuf, on peut même qualifié cela de « neo rap ». Loin des clichés « gangsta », « bling bling » ou « militant underground », le rappeur de Pittsburgh nous livre un nouveau produit à prendre ou à laisser. C’est sur que comparé à sa mixtape « Cabin Fever » le tout est assez commercial et que même si l’on plane du début à la fin de l’album, on s’attend quand même à un truc moins grand public (ça sent la maison de disque avide de dollars ça).

Je souligne aussi cette impression d’écouter le même morceau à des moments différents de l’album. Les titres sont légers et entraînants, le discours du rookie de l’année 2010 s’apparente à de la cool attitude, pas de prise de tête. Wiz Khalifa raconte son ascension, ses délires, ses histoires de coeur, ses soirées et son amour pour ce que peut contenir des feuilles à rouler. Je m’attendais à un gros délire mais après écoute, réécoute et long trajet en voiture avec l’album dans les oreilles, « Rolling Papers » est juste bon petit délire.

Un bon joint à fumer pour se libérer des prises de têtes du quotidien, une sorte d’échappatoire pour se relaxer et prendre du bon temps. Je recommande les titres « On my level » feat Too $short, « Fly Solo », « Star of the show » feat Chevy Woods « Hopes & dreams » et « Rooftops » feat Curren$y.

Note: 7,5/10

Share this post

Franckie Small

Hoodster. Je chausse du 42,5 et je vous emmerde.

No comments

Add yours

Connect with Facebook