Portrait – Abou Tall, 9ème zone

Share this post

« Le 75 reprend ce qui lui est dû de droit », scandait Maître Gim’s en 2009, peu de temps avant que son groupe n’explose aux yeux du grand public, prenant ainsi d’assaut la France entière, n’épargnant ni les femmes, ni les enfants (pour ceux qui n’auront compris aucune des ces références, allez donc écouter « La propagande », extrait de « L’écrasement de tête »). Et toute personne s’étant intéressée de près ou de loin au rap français ces dernières années n’a pu nier l’évidence : après avoir été un temps absente du haut des charts, surclassée par ses départements limitrophes, la Capitale est bel et bien revenue au premier plan de la scène Hip Hop hexagonale, à l’instar de la montée en puissance de ses nouveaux fers de lance, Sexion D’Assaut ou 1995, pour ne citer qu’eux.

« 9ème zoo »

De la vingtaine d’arrondissements qui composent la ville de Paris, un secteur fait tout particulièrement parler de lui et revient sur toutes les bouches : la célèbre « 9ème zone », (comprenez le neuvième arrondissement). S’étendant de Barbès à la Place Clichy, en passant par Pigalle, Opéra, ou le boulevard Haussmann, cet arrondissement ,aux paysages plutôt variés, englobe des populations très diverses, où se mélangent pauvreté et grande bourgeoisie. C’est sans doute cette mixité sociale qui donne ce style si particulier aux rappeurs de ce secteur : beaucoup, beaucoup de flow, sans pour autant délaisser le message, et des métaphores empreintes des contrastes incarnés par cette vie parisienne. La Sexion d’Assaut et L’Institut sont incontestablement les groupes emblématiques de ces quartiers, et lorsque l’on creuse un petit peu, que l’on épluche les freestyles et que l’on décortique les vidéos Youtube, on découvre des choses intéressantes, voir même très intéressantes, notamment ce jeune rappeur qui répond par le blaze d’Abou Tall.

Abou Tall, héritier du 9

About Tall, 20 ans tout juste, est le digne héritier de cette nouvelle école du rap. Ses principales qualités ? Des lyrics imagés, parfois crus (sans pour autant faire l’apologie de la « voyoucratie »), un flow très travaillé, à la fois nonchalant et technique, qui glisse sur les prods avec efficacité. Difficile de ne pas voir le potentiel qui se cache derrière ce jeune rappeur, malgré la rareté de ses sons sur la toile. Le morceau « 1 minute sur le boulevard », titre grâce auquel je l’ai découvert, illustre parfaitement son style. Il y dépeint le boulevard de Clichy, la mythique place Pigalle, ses nombreux junkies et sex shops, avec réalisme et maturité, chose plutôt rare pour un MC de son âge : « Tu veux voir l’enfer, c’est de la place que t’as la meilleure vue ! ». Les phases sont trash, le flow est fluide. À la manière de la « 9ème zoo », que serait le fond sans la forme ?

Membre du groupe Kla-cx, qu’il forme avec ses potes à l’âge de 12 ans, il se souvient avoir toujours baigné dans la musique : « En fait, je m’y suis mis très tôt, sous l’influence de mon grand frère Karam, qui, à l’époque, faisait partie du groupe L’Institut. C’est un peu lui et Jarod qui m’ont initié », m’explique-t-il. Les grands du quartier sont également quelques uns des membres de la Sexion, pour qui il a beaucoup de respect : « Je les connais depuis toujours. Je les ai vus galérer, et ils ont galéré ! », insiste-t-il. « Voir où ils en sont aujourd’hui, c’est une sorte de fierté. ».

Lorsque je lui pose des questions sur son environnement, il est intarissable : « J’ai grandi dans le 9, et à vrai dire j’y ai toujours vécu. Quartier Milton pour être précis. C’est d’ici, des paradoxes de ces rues que je puise mon inspiration. Par exemple, je côtoie des gens issus de milieux aisés, tout comme des mecs qui sortent de prison. C’est cet univers qui m’a forgé et que je décris dans mes textes. ». Kla-cx a sorti une net tape il y a quelques années de cela, mais les membres du groupe, tous dans les études, considèrent le rap comme une activité plutôt secondaire, et n’ont pas donné de suite à ce premier projet. C’est d’ailleurs également le cas pour Abou, qui malgré son talent, garde la tête sur les épaules et ne voit pas le son comme l’unique porte de sortie : « Je rappe avant tout par passion, et pour être honnête, ce n’est pas le succès que je vise. Du moins pas au point de tout miser sur la musique » Il a quand même pour objectif de sortir une mixtape « Zoologie » sur laquelle il travaille depuis un certain temps déjà, mais aucune date n’est arrêtée : « Je suis quelqu’un qui réfléchit beaucoup, et finalement, je suis rarement totalement satisfait… Il me reste pas mal de choses à reprendre. » Perfectionniste, Tall a quand même mis à disposition un premier extrait de la tape, « L’oeil du cyclone », dont le visuel est très convaincant. Gros taf de Daylight à la réalisation (voir plus haut). « Je suis bien peu élégant/J’suis le reflet de la race humaine/J’préfère mentir aux gens/que me mentir à moi-même. ». La promo de cette tape sera accompagnée de quelques vidéos, qui permettent de le découvrir dans son quotidien : les « Abou Tall Airlines ». Pour l’instant, un seul épisode est disponible.

Ses goûts musicaux sont très variés : « J’écoute vraiment de tout. En ce moment, j‘aime beaucoup The Internet, Tyler the Creator ou Tech9.», nous confie-t-il. Mais lorsque je lui demande, quelles sont ses influences rap français, la réponse fuse : « Rohff. C’est un vrai artiste, avec un vrai message. » Concernant ses classiques rap US, notre MC est beaucoup catégorique et trouve même impossible de ne retenir qu’un artiste. Mais devant mon insistance, il finira par citer Mobb Deep. Quant à ses « grands » (Sexion D’Assaut), l’ont-ils orienté musicalement ? « Bien sûr ! Inévitablement, même. Que ce soit A.D ou Maska dans le fond, mais surtout Gims pour son interprétation. »

Même s’il est difficile de savoir quand « Zoologie » pourra être disponible, Abou Tall nous apprend qu’il travaille sur une net tape avec Volts Face, rappeur du 17ème.  Celle-ci sera très certainement disponible d’ici l’été 2012. Pour vous faire patienter, (re)découvrez l’un de ses meilleurs couplets, posés aux côtés de L’Institut, pour la tape de Rozke (95). Et pour plus d’infos, rendez-vous sur la page facebook de l’artiste : http://www.facebook.com/pages/Abou-Tall. Affaire à suivre !

Peace,

RM

 

Share this post

Renaud M.

J'écris sur les autres, pas sur moi.

2 comments

Add yours

Post a new comment