P.D.R.G (Pouvoir.Danger.Respect.Game) – Rohff

Share this post

cover-de-pdrgOuai gros, c’est l’poto Rohff de retour après 3 années d’absence. En effet, depuis « La Cuenta » son sixième album, Rohff n’avait plus rien sorti. 3 ans c’est long pour les fans, surtout quand à plusieurs reprises ils ont vus repousser la sortie de « PDRG ». Pendant 3 ans, nous avons eu le droit à des changements de dates, à une période de clashs qui ne semble pas terminée pour Rohff au vue de certaines lyrics de son nouvel album et on a surtout été patient parce que les « Olala comment j’ai hateuh ! », c’était marrant mais lassant au bout de quelques mois. Ce qui est sur depuis le 23 septembre 2013 « PDRG » est dans les bacs. D’abord annoncé comme « Padre Du Rap Game », le sigle « P.D.R.G’ signifie finalement « Pouvoir Danger Respect Game »… Plusieurs personnes m’ont demandé pour quand était prévu cette chronique et bien mes amis, la voilà… J’ai mis du temps à la pondre mais il m’était impossible de ne pas écrire sur un projet qu’on attend depuis 3 ans.

Mister R.O.H.2.F a fait patienter le peuple au point que j’étais à deux doigts de rebaptiser cet album le « Detox français ». Mais c’était sans compter sur la détermination du rappeur de Vitry. Ayant laissé son grand rival, prendre deux projets d’avance, c’est avec un double album que Rohff est revenu honorer son public. Après « La fierté des nôtres » et « Au-delà de mes limites », il s’agit donc d’un troisième double album pour le MC. Baptisées respectivement « Saison 1 » et « Saison 2 », les deux parties de l’album de Rohff ne sont pas marquées par deux styles de rap différents. À travers 27 pistes, Rohff s’exprime à travers des morceaux aux thèmes divers et variés: « Zlatana », « Dounia », « Instable », « Maudit », « J’accélère », « Déterminé », « N Double A », « En mode 3 », « PDRG », j’en passe et des meilleurs. Autant de titres que de flows, d’humeurs et de reflets de la personnalité du rappeur.

Vous retrouverez un Rohff polyvalent, qui peut kicker avec arrogance sur des titres comme « King » ou « K-sos musik » ou avec humilité sur des morceaux comme « Dounia ». Avec une durée atteignant presque les 8 minutes, le titre « Dounia » perpétue une tradition que Rohff a installé dans la construction de certains de ses albums. Cette tradition consiste à intégrer dans un album au moins un morceau de plus de 6 minutes et sans refrain. On se rappelle de « Testament » (Cf: Album « Le code de l’horreur ») ou encore de « Relation de merde », « Regretté » (Cf: Album « Au-delà de mes limites »), « Message à la racaille », « Du fond du coeur » (Cf: Album « Le code de l’honneur »). C’est une prouesse d’écriture et d’interprétation qu’il faut souligner car rares sont ceux qui l’ont fait.

Le problème avec « P.D.R.G », qui est d’ailleurs le problème des doubles albums (peu importe leur pays d’origine), c’est que tout n’est pas constant.  À ceux et celles qui ne sont pas de mon avis, je vous demande de me citer un seul et unique double album de rap qui est d’un même niveau de la première à la dernière track. Evidemment, le risque de zapper des morceaux est plus probable sur un double album de 27 titres que sur un projet d’une douzaine de titres. Il est vrai que l’attente fut longue mais je pense que le retour de Rohff aurait dû se faire avec un album classique type 14/15 morceaux et pourquoi pas une réédition 6 mois plus tard ? Du coup, il y a des hauts (« Dounia », « Zlatana », « PDRG », « Futurs nouveaux amis », « Maudit », « N Double A », « Instable», «Différent ») et des bas (« Ti Amo, t’es à moi feat Amel Bent », « En mode 3 », « TeamRohff », « J’accélère », « L’oseille » dans cet album. Les bas ne sont pas mauvais car la qualité y est mais ils sont en dessous du reste. Ce qui réduit donc le niveau du projet quand on  rassemble les 27 plages. Au lieu de vous donner le tracklisting de l’album en fin de chronique, je vais vous suggérer la tracklist qui aurait rendu l’album plus percutant selon moi (ce n’est que mon avis, canalisez-vous !).

Vous l’aurez compris, mon avis est mitigé vis-à-vis de « PDRG » et pour avoir discuté avec des amis pros Rohff qui n’ont jamais retourné leur veste vis-à-vis du rappeur, la plupart partagent mon avis. Un condensé de la « Saison 1 » et de la « Saison 2 » aurait été parfait. Au-delà, de cela, les productions du projet sont plutôt bonnes du début à la fin de l’album. On retrouve entre autres les compositeurs qui suivent: Verbal Kint, Tangerino, Richie Beats, Oneshot (Street Fabulous), Koudjo (Eclipse Time), Spike Miller. « PDRG » est un album hétérogène et cohérent malgré le nombre trop important de morceaux qui réduit l’énergie du projet.

Peu de featurings car seuls Amel Bent et TLF sont présents sur le projet. Rohff dévoile donc un album très intimiste et porté sur sa vision des choses. D’ailleurs pour revenir aux lyrics de l’album, Rohff aborde beaucoup sa vie privée comme sur les titres « Maudit », « Dounia », « Instable », « L’artiste » ou « Futurs nouveaux amis ». « PDRG » contient aussi son lot de lyrics incisives comme sur les titres « Doggystyle », « Embrouille », « King », « PDRG », « K-sos musik », « Rap jeux ». Titres sur lesquels Rohff ne mâche pas ses mots et s’en prend directement à ses rivaux, anciens potes et ex.

Dans sa globalité, je suis déçu de « PDRG », même si je retrouve le Rimeur, Original, Hardcore, Flow, Fluide, sur une grande partie des titres, encore une fois je digère mal la longueur du projet. Rohff a voulu récompenser son public avec deux CD et c’est très bien. Mais finalement, à force d’avoir vécu une attente longue de 3 ans, on s’attend toujours à plus. Rohff a livré un bon album mais après 3 ans, je m’attendais à l’excellence (« La vie avant la mort », « Le code de l’horreur »), d’où mon sentiment partagé. Ce que je retiens: Le flow, la variété des thèmes, les productions, le combat humilité/arrogance, l’orgueil du emcee et sa détermination à prendre le trône qui est omniprésente tout le long de l’album et moins positifs: La longueur du projet, l’utilisation de l’auto tune sur certains titres, ma déception sur « En mode 3 ».

Note:

trois

 

 

 

 

Tracklist idéal de PDRG selon Baskets Blanches:

1- P.D.R.G

2- Maudit

3- Instable

4- Futurs nouveaux amis

5- Zlatana

6- N Double A

7 – Rap Jeux

8 – El Padre

9- Déterminé

10- Différent

11- L’artiste

12- J’assume

13- Dounia

14 – Doggystyle

Share this post

Franckie Small

Hoodster. Je chausse du 42,5 et je vous emmerde.

1 comment

Add yours
  1. Tom 14 octobre, 2013 at 13:48 Répondre

    J’ai fait pareil, je l’ai téléchargé et je me suis fait ma playlist perso, 16 sons qui passent sur un CD (King, PDRG, Maudit, Instable, Futurs Nouveaux Amis, Zlatana, L’Oseille, N double A, Mon son, K-Sos Musik, Rap Jeux, El padre, Différent, L’Artiste, J’assume, Dounia).
    Je partage clairement ton avis, il aurait du faire un album plus court, j’accroche pas du tout à certains sons (en mode 3, Embrouille) alors que d’autres sont pour moi au top (N double A, Mon Son, L’Artiste, Dounia).
    Du coup sentiment mitigé, quand j’écoute ma playlist réduite ça passe plus que crème alors que si j’écoute les deux CD d’affilés c’est long et je suis obligé certains titres.
    Ca fait quand même bien plaisir de retrouver Rohff …

Post a new comment