[Live-Report] Isha, Di-Meh, Les Tontons Flingueurs et l’Ordre du Périph retournent la Bellevilloise

Share this post

A l’occasion de la deuxième édition de Paris Hip Hop Winter, le rendez-vous des amateurs de rap était donné ce mardi à la Bellevilloise. France, Suisse et Belgique à l’affiche avec l’Ordre du Périph, Les Tontons Flingueurs, Di-Meh et Isha. 3h de show qu’on vous fait revivre.

Di#se, lauréat national du Buzz Booster, assure la première partie. Le jeune rappeur et son backeur occupent parfaitement la scène, les bangers s’enchaînent et le public en profite pour découvrir celui qu’ils n’attendaient peut-être pas mais sur qui il faudra vraisemblablement compter dans le futur.

20h40, l’instrumentale démarre, les basses tremblent, « J’arrive sombre comme une ré-ssoi à la gare du Nord ». Le ton est donné pour ce début de soirée et la foule s’amasse autour de la scène sur laquelle entrent Youv Dee, Assy, Ars’n et Swan. Aux platines, Yung Cœur enchaîne les titres à mesure que la salle se réchauffe. « Ouh ouh » d’abord, puis « Qualidad », la mixtape « Vogue Merry » sortie il y a moins d’un mois regorge de morceaux parfaits pour la scène. Très vite, les membres d’ODP sont rejoints par leur entourage, leur équipage comme ils aiment à l’appeler. Sirap, Mirbla et Lee Kokoro en profitent pour interpréter « C’est mieux » aux côtés de Youv Dee.

L’énergie folle de chaque titre est transmise au public, impossible de rester en place. Pour récompenser ceux qui ont fait le déplacement, chacun des quatre membres offre à un public infatigable un morceau en exclusivité. Un dernier titre avant de laisser la place aux suivants, le « Freestyle Nitro » achève ceux qui n’étaient pas encore conquis. De leur petite barque à leur future flotte, affaire à suivre.

Cinq petites minutes de répit avant d’accueillir Les Tontons Flingueurs. Le bal s’ouvre sur « #CCHOCAPUTAIN », dernier titre de leur seconde mixtape « LDA9Q VOL II ». Les couplets s’enchaînent et le public est déjà acquis à la cause des dix rappeurs qui sont maintenant tous présents. Pour chauffer encore plus cette salle déjà bouillante, les hauts parleurs crachent l’instrumentale de « Dans le Teum » et les spectateurs reprennent en cœur le refrain et leurs couplets préférés.

La pression monte avec « Œil de Lune » puis le collectif décide de récompenser ce public qui répond à l’appel avec une exclusivité. L’instrumentale est sombre, le refrain puissant et les couplets maîtrisés. Comme si ça ne suffisait pas, les Tontons Flingueurs ont prévu une deuxième exclusivité taillée pour la scène. « Pogo, pogo, pogo ! », les paroles décrivent parfaitement le spectacle que l’on peut observer depuis leur arrivée. Après presque 40 minutes, Lasco, So Clock, Lucci et S-Cap clôturent un show intense avec « LTFuego #1 ».

Moitié du spectacle, les t-shirts sont trempés, les jambes sont lourdes mais le public acclame Di-Meh qui fait son entrée. Impassible, il réussit à occuper seul la scène après les 14 rappeurs qui l’ont précédé, et avant d’être rejoint par son ami Slimka. Nevahdie aux platines, les bangers s’enchaînent. On saute sur « Fu Gee La », on bouge la tête sur « Shottagwan » et on en demande toujours plus.

Les spectateurs attendaient cette partie suisse avec impatience et profitent de « Agité » ou « No Stress », titres de l’excellent « Focus Part.1 ». Dans la lignée de ceux qui ont assuré le spectacle avant, Slimka interprète un morceau en exclusivité et Di-Meh s’offre un a cappella sur « Focus » avant de laisser le public chanter seul les couplets que chacun connaît par cœur.  On assiste à un show carré et maîtrisé par les membres de la SuperWak Clique. Rôdés à la scène, possédés par leur art, ils dépensent une énergie folle qu’ils transmettent aisément à leurs spectateurs. Un dernier selfie, en nage, avec ceux qui ont fait le déplacement avant que les suisses ne quittent la scène après 50 minutes d’un spectacle qui restera dans les mémoires.

23h05, à peine le temps de se remettre de ses émotions que les premières notes du prochain invité résonnent. « Oh putain, oh putain », le Belge n’est pas encore sur scène que le public a reconnu son banger et reprend le refrain en cœur. La démarche affirmée, Isha prend possession du ring avec l’esprit et la prestance d’un boxeur. Directement rejoint par son backeur Stan, les deux alternent entre les morceaux de son dernier projet « La vie augmente Vol. 1 » et les titres hors projet. « Le salon de l’auto », « Passage à niveau #1 » puis « Coloris ». Pour le titre suivant, « Tony Hawk »,un spectateur rejoint le bruxellois et assure les backs le temps d’un titre.

On savait le Belge en préparation d’un deuxième volume de La vie augmente et cette soirée est donc l’occasion pour lui de partager deux de ses nouveaux titres. Les spectateurs profitent de la fin du show et la salle tremble sur chaque refrain de la partie 2 de « Frigo américain » : « Tout niquer, tout niquer ! ». Le four est chaud et Isha termine en beauté, comme il a commencé, avec « Oh putain ». Plus qu’à remercier le public parisien pour son accueil et son énergie.

Un spectacle de 3 heures, du rap pour tous les goûts, la Paris Hip Hop a tenu ses promesses et on vous donne RDV dimanche avec 13 Block !

Crédits Photos : Roxane Peyronnenc

Share this post

Ismaël

Des rêves en tête, on fait pas semblant de vivre.

No comments

Add yours