[Live-report] 25 septembre 2015 – Doc Gynéco a « mené le bal, repasse-toi ses actions »

Share this post

Casabey

Doc Gynéco a mené le bal, repasse-toi ses actions

Vendredi 25 septembre 2015. La Bellevilloise, Paris 20ème. Soirée Classics Only. Depuis un moment déjà, la date était marquée au fer rouge sur notre calendrier. Car au-delà des DJ sets annoncés (et performés par Dabeull & Arthur King) avec pour seul et unique focus le rap fin des 90’s/début des années 2000, Casabey Live avait cette fois-ci convié un invité de marque, historique et incontournable qui, petit à petit, refait surface. Un personnage unique en son genre, attendu pour livrer un showcase tout aussi exceptionnel : Bruno Beausir, j’ai nommé le « patron du style », plus connu sous le pseudonyme de Doc Gynéco, allait à son tour se livrer à l’expérience du revival, et réinterpréter les titres phares de son album plus que culte, « Première Consultation ». Et si d’habitude, nous ne sommes pas forcément friands de ces concerts de « nostalgiques », de plus en plus fréquents et plébiscités (quand on écrit pour un site, on tente au possible de rester « actuel » et lutte toujours corps et âmes que nos souvenirs d’adolescence ne nous propulsent pas dans la case « vieux con »), cet event a en revanche vivement attiré notre attention. Et pour cause, la voix suave, l’attitude désinvolte et les lyrics grivois du Docteur, tout comme les sirènes qui parsèment ses compositions ensoleillées, ont largement bercé notre jeunesse, et bien plus encore. Régulièrement dépoussiérée, la « Première Consultation » fait partie de ces classiques, sur lesquels on revient inlassablement et, surtout, qui ne prennent pas une ride malgré le temps qui s’écoule (la sortie date toute de même de 96 !).

DOC GYNÉCO X RAPHAËLANNÉE_1

Crédits photo: Raphaël Année © www.raphaelannee.com

Disparu des radars pendant quelques années, la faute une actualité sulfureuse, l’épopée UMPiste du Doc’ semble désormais derrière lui. Comme dans toute relation, mieux vaut se rappeler les bons moments, plutôt  que de ruminer les fautes : c’est le parti-pris visiblement adopté par son public. Car quelques heures avant le concert, le show s’annonçait archi-complet, et seuls les plus vifs pourraient se procurer les toutes dernières places, mises en vente dès 23h. Peu avant minuit, la file d’attente  de la rue Boyer était logiquement impressionnante, et après un apéro plutôt corsé (je vous vois mes charo’), nous y voici engagés. Rapidement entrés dans la Bellevilloise, le bar et les tubes diffusés par les DJ auront raison de nous : entre rhum coca et classiques indétrônables (Oh Boy de Cam’Ron ou Xxplosive de Dre, pour vous donner un aperçu), on s’abandonne vite à la piste danse, voire même à balbutier quelques pas de C-Walk (Small, je te vois précisément).

Crédits photo: Raphaël Année © www.raphaelannee.com

Crédits photo: Raphaël Année © www.raphaelannee.com

« Agile comme Bebeto »

Au point de presque manquer l’entrée du principal intéressé. Heureusement, le Doc’ semble avoir festoyé tout autant que nous en backstage, et n’entrera pas en piste de manière très conventionnelle : c’est en effet sur un zouk très chaloupé qu’il fera son apparition et, « agile comme Bebeto », qu’il conviera une jeune fille du premier rang à le rejoindre sur les planches, pour entamer un collé/serré enflammé. Cinq bonnes minutes plus tard, il s’emparera enfin du micro pour que le véritable karaoké puisse commencer. Oui, karaoké, car vous imaginez bien qu’il ne sera pas seul à interpréter ses tracks : « Viens voir le docteur », « Vanessa », « Né ici », « Dans ma rue », « Nirvana », tous sans exception sont repris à l’unisson par une Bellevilloise qui s’égosille et accompagne un Doc Gynéco, aussi éméché que touché, dans son récital. Derrière tant d’émotion, il y a forcément quelques ratés. Mais on s’en fiche, là n’est pas l’objet : rejoint par son collègue du Ministère, Passi, le temps de l’inévitable « Est-ce que ça le fait », Bruno fera même un improbable câlin à son ami d’enfance pendant son couplet. Et ce moment-là valait bien toutes les envolées techniques auxquelles j’ai pu assister !

Crédits photo: Raphaël Année © www.raphaelannee.com

Crédits photo: Raphaël Année © www.raphaelannee.com

Il s’agit ici d’un showcase, qui n’a forcément pas vocation à s’éterniser. N’allez pas me demander combien de temps il a duré, j’ai l’esprit trop embrumé pour être précis. J’étais chiré, j’étais foncedé. Mais tout ce que je peux vous dire, c’est que j’ai passé un grand moment, qui m’a rappelé pourquoi « Première Consultation » siégeait aussi haut dans ma discographie. Longue vie au Docteur et à son patrimoine !

Texte : Renaud M.

Crédits photos : Casabey & Raphaël Année

Share this post

Renaud M.

J'écris sur les autres, pas sur moi.

1 comment

Add yours

Post a new comment

Connect with Facebook