[Live Report] Concert Magique de J.Cole à L’Olympia

Share this post

NB6aBoVcOAoXJCVrDZS1qw.4tjJsknoXEx9FKDLU-_ltw.adc620

Cela fait maintenant quelques années que J.Cole monte en puissance et ses trois derniers projets en sont la preuve. Depuis sa première mixtape intitulée « The Come up », le rappeur a sorti deux autres projets gratuits « The Warm Up » et la fameuse tape « Friday Night Lights » qui a apporté un peu plus de lumières sur l’artiste. En effet, dans un rap game dominé par la Trap Music, le flow, les textes et le côté soulful de sa musique ont fait la différence. Après « Friday Night Lights » suivirent deux excellents albums, « Cole World: The sideline story » sorti en 2011 et cette année « Born Sinner ».

Hier, à l’occasion de son « What Dreams May Come Tour », J.Cole était en concert à L’Olympia de Paris. L’engouement et l’accueil autour du dernier né « Born sinner » étaient tels que je n’aurais jamais pu imaginer que la billeterie pour ce concert  ne serait pas sold out. Et pourtant quelques minutes avant le début du concert, il était encore possible d’acheter  des billets sur place. C’est donc dans un Olympia quelque peu clairsemé, du moins au niveau de la fosse que le rappeur Bas a assuré la première partie accompagné de son DJ.

Le show du rappeur est énergique et le public réceptif à son jeu de scène. Il faut dire que le MC est plutôt performant, son flow est fluide et maitrisé,  de plus le fait d’arborer le maillot de l’équipe de football du PSG en criant « Ici c’est… » et le public de répondre à  l’unisson: « PARIS!!! » ne pouvait que chauffer la salle, qui minne de rien se remplissait progressivement. Après une quinzaine de minutes sur scène, Bas s’en est allé pour laisser place à celui que tout le monde était venu voir, j’ai nommé Jermaine Lamarr Cole aka J.Cole.

IMG_20131124_220432

De « In the morning » à Power Trip.

C’est aux alentours de 20h40 que le poulain de Jay-Z a fait son entrée sur scène. Accompagné d’un live band composé de deux claviers, un guitariste, deux sublimes chanteuses pour assurer les chœurs , un batteur et un DJ pour la partie platines. Le band a beaucoup apporté au show, pour la partie musicale mais aussi au niveau du show, car en plus d’avoir de superbes voix, les choristes ont dansés tout le long du show. Beaucoup d’énergie émanait donc du live band. Le décor est lui, à la hauteur de l’événement  J.Cole, n’en a pas trop fait, ni pas assez. Un écran géant diffusant des images parfois très bizarres que seul le rappeur pourrait expliquer (pyramides, têtes de morts, anneaux à deux têtes de dragons, symboles…) ainsi que deux bannières reprenant le logo « couronne » que l’on retrouve sur la pochette de son dernier album.

Disposant d’une bouteille de Hennessy sur scène et prenant une gorgée entre chaque titre joué, J.Cole ne nous l’a pas joué à la Amy Winehouse en fin de carrière, ce qui aurait été une grande surprise. Au contraire, il a tout de même assuré le spectacle tout le long de son heure et quart de show. Je pense que ces quelques gouttes d’alcool ont donné le courage et le brin de folie qui ont transcendé J.Cole sur scène.

Devant un Olympia visiblement composé de connaisseurs et de fans qui reprenaient les paroles de certains morceaux sans oublier la moindre syllabe, J.Cole s’est donné à fond. C’est un rappeur impliqué et en osmose avec son public qui s’est donc produit sur la scène de L’Olympia hier soir. A chaque refrain, le MC poussait son public à reprendre les paroles à l’unisson. A l’instar de son « mentor » Jay-Z, J.Cole n’avait pas de backeur avec lui (la performance n’en est que plus remarquable). C’est donc seul mais porté par son live band et son public que J.Cole enchaînait les morceaux et quasiment tous en entier !

« In the morning », « Power trip », « She knows », « Born Sinner », « Lights please », « Can’t get enough », « Nobody’s perfect », « Work out », J.Cole a ravi son public en chantant ses meilleurs morceaux. Il manquera surement un bon « Villuminati » par exemple qui n’a pas été joué mais hormis 2/3 titres, le show fut complet.

J.COLE by Kid Deezle

Au-delà de la capacité de la salle et  l’artiste lui même qui font la différence, j’ai trouvé des similitudes dans le show d’hier et le dernier concert de Jay-Z à Paris. Notamment quand le rappeur crée la proximité en pointant du doigt des individus dans la salle: « You, with the born sinner tee, i see you… ». Et pour impliquer, un peu plus ses fans dans le show, J.Cole leur propose de choisir des morceaux de son répertoire qu’il jouera en pour eux. « Who dat », « Let Nas Down » et « Lost Ones » seront donc le choix du public.

Entre l’émotion et la fête, la frontière était infime. J.Cole a su fédérer son public et ne faire finalement qu’un avec lui. Le show fut de qualité voire même magique. Cela est aussi dû aux musiciens et chanteuses qui l’accompagnaient hier soir et qui à la fin du show ont prouvé et confirmé leur talent. Je pense surtout aux interventions des choristes qui ont mis le feu à L’Olympia lorsqu’elles ont chantés de courts et intenses solos.

Hier J.Cole a livré un excellent concert sur la scène de l’Olympia. Le MC a réussi à donner une autre dimension à chacun des morceaux qui composaient son show. Le côté rock apporté sur certains titres ou les ambiances très soulful sur d’autres ont bien équilibrés la prestation  Très bonne soirée, très bon concert, J.Cole est toujours sur les bons rails pour devenir ce que ses fans et une partie du rap game souhaitent qu’il devienne.

Consulter la liste de tous les concerts de J Cole

Article: Small pour Baskets Blanches

Crédits photos: @KidDeezle & @basketsblanches

Share this post

Franckie Small

Hoodster. Je chausse du 42,5 et je vous emmerde.

1 comment

Add yours
  1. Marcus 25 novembre, 2013 at 19:43 Répondre

    Concert trop Lourd!Un flow trop afuté en Live!! Il a franchi une autre etape en se produisant à L’Olympia. La Relève Roc Nation est quasi assuré! Kid Deezle t’aurais pu choper un meilleur cliché ptdrrrr Sisi le couz!

Post a new comment