La 25ème Heure – Mino

Share this post



Du rap marseillais, on connaît IAM, la Fonky Family, Psy 4 de la rime et j’en passe… En 2011, quand on pointe Marseille sur la carte du rap français, il faut aussi compter avec Mino. Depuis 1997, le rappeur arpente les scènes et les studios afin d’apporter sa pierre à l’édifice du rap français. Il n’est donc pas nouveau dans le game mais ce qui est inédit c’est qu’avec plus de 10 ans de rap derrière lui, « La 25ème heure » est seulement le premier album de Mino.

Pour la première fois aussi, j’ai effectué l’interview d’un artiste avant de chroniquer son album. Je dois dire que ça aide beaucoup à comprendre la direction artistique et l’état d’esprit du mc. La rencontre avec Mino m’a permis d’analyser plus clairement ses lyrics sans me dire « il veut peut être dire ceci ou cela? », là, mon écoute a été fluidifiée par certaines parties de l’interview et quelques conversations tenues en parallèle de cette entrevue.

« La 25ème heure » c’est donc l’heure que Mino s’est donné pour faire un break entre deux journées et faire le bilan du passé pour regarder vers le futur. Pour l’auditeur, c’est l’heure dédiée à l’écoute de l’album qui justement dure une heure. Je me suis procuré l’album et aux 24H qui composaient ma journée, j’ai rajouté une heure pour analyser l’album de Mino.
Quoi qu’il arrive Mino rappe pour le peuple, la jeunesse des quartiers, des cités, les personnes qui se battent chaque jour pour s’en sortir malgré les difficultés que l’on peut rencontrer lorsque l’on vient de « la France d’en bas ». Les gens comme lui, ceux qu’il appelle d’ailleurs les « Mino de France » dans un morceau du cd. Sur des instrus toujours très élaborés, Mino rime sur sa vie « La 25ème heure », sur sa vision du monde « Un oeil sur le monde », sur les dérives de la jeunesse « Viva la vida loca » , il conseille, dénonce « Si je suis fou » et fédère « Mino de France ».

Dans la « 25ème heure » il n’y a pas un titre dans lequel Mino ne fait pas passer un véritable message, même dans le titre « Fuck la crise » aux sonorités électro club et au refrain auto tuné. Mino donne son point de vue sur la crise et le fait que malgré tout on puisse s’en sortir ou profiter de la vie même en période difficile.
Niveau flow, le mc est un réel performer, il peut tout autant rapper posément que très rapidement en gardant une certaine dextérité et de la justesse. Je dois avouer qu’aux premières écoutes j’ai eu du mal à me faire à la voix du rappeur mais la technique a pris le dessus et j’ai finalement apprécié le travail du mc à sa juste valeur.

Mino nous offre ici, un premier album correct, humble et respectable, fidèle au personnage que j’ai rencontr2 il y a quelques semaines. Le discours y est précis et les messages passent très bien. Et même si je n’ai pas tout apprécié dans l’album, comme l’auto tune sur « Lever l’encre » feat K-rlos ou celui sur « Construis ta route », je crois que finalement dans l’album ce sont justement ces parties d’auto tune (à part sur « Fuck la crise ») et certaines parties chantées qui m’ont le plus gêné, sinon avec « la 25ème heure » Mino a tenu ses promesses.

En terme de featurings, vous trouverez Red.K et AKH sur le morceau « Qui le fera à ma place », Picrate sur le très bon « Man on fire » qui ouvre l’album, Ghenay sur « Fuck la crise » et comme je vous l’ai dit tout à l’heure K-rlos sur « Lever l’encre ». Cet album est le premier vrai coup de poing de Mino dans la face du rap français, le résultat est bon mais je pense que le rappeur peut mieux faire encore et j’espère qu’il fera mieux avec la prochaine salve de bastos!!! Fans de rap français et de rap aux accents du sud, procurez-vous « La 25ème heure » vous ne devriez pas être déçus.

Note: 7/10


Share this post

Franckie Small

Hoodster. Je chausse du 42,5 et je vous emmerde.

No comments

Add yours

Connect with Facebook