[Interview] Tcho Antidote, sombre architecte visuel du rap français.

Share this post

Vous ne le connaissez peut-être pas mais en tant qu’amateur de rap, vous avez surement vu l’une de ses œuvres quelque part. Tcho Antidote est un activiste de l’ombre, opérant depuis de nombreuses années aux services de rappeurs français. De Casey à La Rumeur en passant par la LMC Click, le graphiste-vidéaste originaire de l’Essonne a donné une image aux lyrics de plusieurs artistes. Nous avons échangé avec Tcho pour parler de son parcours, de ses influences, de sa vision de la musique mais également de son nouveau livre « Zone de quarantaine » qui sortira dans quelques jours.

– Peux-tu te présenter sans utiliser les mots: Tcho, Antidote, P19 Crew, Art, Graffiti, Graphisme, Réalisation, Frames, Zone de quarantaine, 91.

Pas simple…on va dire banlieusard du sud de Paris, “tombé” dans le hip hop vers mes 11 ans, et c’est plutôt un bien pour se battre contre l’ennui. Môme tu t’amuses d’un rien, pré-ado et ado ça devient plus compliqué…
Vu que j’étais pas spécialement “extraverti” et que je dessinai pas mal, c’est la discipline “graphique” du hip hop qui m’a naturellement plus intéressé.
Après, chronologiquement, il a fallu que je me trouve un boulot qui soit lié à tout ça…donc on en arrive à tout ce qui suit et dont je ne peux pas citer l’appellation…

– Y’a t-il une différence entre Tcho et Antidote? Est-ce une histoire d’Alter Ego?

Antidote, c’est un pseudo nom de structure, avec lequel je signe, depuis 2005.
Moi, à la base, les seules entités auxquelles je pouvais m’attacher c’était Anfalsh, avec Casey, B.James, Prodige, et P19 en graffiti, même si à un moment, j’avais pris mes distances.
Donc Antidote, c’était, en gros, mon truc à moi, qui me permettait de bosser pour différentes identités, labels ou artistes, différents d’Anfalsh. Et comme ça, c’était également une manière de ne pas tout mélanger et faire valoir mon travail à moi, du moins ce que je pouvais apporter aux autres.
C’est devenu une boite, Sarl, en 2007…et elle n’est depuis plus en activité car je pense savoir faire mon taf…mais la rigueur administrative, la paperasse etc…j’y arrive pas.

La signature est restée Tcho/Antidote, mais c’est pas une histoire de a.k.a entre les 2 noms.

Capture d’écran 2015-06-02 à 00.12.16

– Je connais ton œuvre particulièrement à travers tes clips, tes photos et tes covers. Est-ce que ton activité se résume à la réalisation, à la photographie et au graphisme uniquement? Quel est ton parcours?

Oui, mon activité se résume à ça. La partie que tu connais et cites, on va dire que c’est la partie “ludique” ou je “m’amuse”.
Mais pour en vivre, je travaille également pour des agences, dans différents domaines autres que la musique et les loisirs.
Après pour résumer le parcours, ça serait que, du graffiti, je suis devenu graphiste et j’ai pu faire des clips. Tout ça est lié. Y’a pas de super calcul dans tout ça, tout est venu assez spontanément…en s’enchainant…
Et ça aurait pu passer par une case “Manutention” ou “Interim”.
Même si des fins de mois c’était pas la fête, je m’estime assez chanceux sur des trucs.

– Comment définirais-tu ton univers?
J’en suis incapable ou plutot je pense que c’est les “autres” qui te définissent et te foutent dans un “cadre”, une case.
Pour faire simple, je dirais que j’en ai pas, mais que je tache d’en trouver un à l’artiste pour lequel je bosse.

– Quelles sont tes influences musicales et par extension, qui t’inspirent dans la réalisation, la photo et le graff?

Influences musicales je sais pas. J’écoute principalement du rap, français ou ricain…un peu de tout même si je suis pas forcément “à la page” de tous les derniers trucs. Dans le taf, c’est plus les choses que je peux voir, découvrir ou apprécier dans la pub, l’image, la photo ou dans la rue qui peuvent m’inspirer…consciemment ou pas.

Capture d’écran 2015-06-02 à 00.13.56
– Pourquoi tes créations sont toujours aussi sombres?
Pour coller aux sons. J’ai jamais voulu passer pour un “gothique” avec tout ça …et c’est pas forcément une vocation “dark” que j’ai voulu me faire. Je bosse pour des gens et je dois coller à leurs délires à eux, principalement. Illustrer leurs propos, y coller une ambiance cohérente.
Il s’avère que les gens pour qui je bosse, qui sont ou deviennent souvent des amis, sont plus dans des ambiances crues que dans l’ensoleillement.
Après oui, ça revient souvent cette histoire de “sombre”…on me demande souvent…la j’ai taché de te répondre assez précisément mais la prochaine, je pense que je dirai que j’ai juste “une araignée ou des cafards au plafond”.

– As-tu déjà réalisé des courts ou long métrages? Peux-tu m’en parler? Sinon l’envisages-tu et de quelle manière?

Une tentative en 2011 de Court…mais c’était également un taf pour quelqu’un. Ça a été un peu avorté…on verra.
En tout cas, pas super concluant, par ma faute d’un coté car je connais pas ce taf, c’est pas du clip, et puis surement à cause de facteurs extérieurs comme par exemple bosser avec une équipe de prod avec qui ça ne colle pas…et avec qui ça ne peut pas coller. Bref…
Si je le refais ou fais tout court, il faudrait que j’ai vraiment l’envie et une idée forte, qui me tient à cœur, que je veuille à tout prix mettre en image.
Si c’est pour raconter et filmer de la merde pour dire “hey, j’ai fait un court tu sais??”, ça pue. Je préfère faire des “street-clips” à vie.

Logo Tcho
– Que contient ton livre « Zone de quarantaine »?

Un recueil, une sélection de travaux de graphisme, photographies, portraits et images de tournages de clips…de 1999 à aujourd’hui. Un espèce de portfolio. Ça se fait pas mal dans le graphisme. C’est souvent des ouvrages comme ça ou les collectifs ou les D.A. balancent leurs trucs. J’ai voulu faire ça. Avec une approche rap et hip hop.

– Jérôme Ebella plus connu sous le pseudonyme Kenzy a écrit la préface de ton livre, quels sont tes liens avec lui?

J’ai pu bosser avec lui sur des projets y’a un moment. Je lui ai demandé, il a accepté d’emblée. C’est le seul texte du livre. Y’a eu une interview de lui sur un mag titrée “Quand le rap avait une éminence grise”…et c’est exactement ça…

– Avec quels artistes rap as-tu travaillé? Quels sont tes critères pour travailler avec un artiste?

Casey & Anfalsh (B.James, Prodige), Vîrus, Flynt, Rocé, La Rumeur, Karlito, Cut Killer à un moment, 45 Scientific, Time Bomb, des structures comme Wrung, et outre-atlantique j’ai pu faire des trucs avec Rawkus, et pas mal de jobs pour Primo et son label, YearRound records.
Dans le 91, pas mal de choses pour LMC, et DGC, Code 147…
Pas mal de trucs en vrai…et c’est plus ou moins par feeling que je fais des jobs.
Pas forcément de critères de sélection, mais je ne démarche pas, les gens viennent à moi, soit on bosse ensemble ou pas…ça dépend pas uniquement de moi. Ca le fait ou pas…

Capture d’écran 2015-06-02 à 00.13.34

– Si tu devais retenir trois covers d’albums tous styles confondus?

Assez vite, en essayant des styles de musique différents, sachant que demain je te dirai autre chose :

DMX “Great Depression”
Nirvana, celle du mome dans l’eau avec le calibre
Sade “Soldier of Love” pour la qualité de l’image et que ça colle au truc.
Puis y a des covers d’Aphex Twin que j’aime bien aussi.

– Si tu devais retenir trois clips tous styles confondus?
Gil Scott Heron “NY is killin me”
Nas “Made you look”
Dernièrement, Vince Staples, “Senorita”

Capture d’écran 2015-06-02 à 00.14.18
– Ton top 3 albums rap (US et français)?
Nas “Illmatic”
Dr Dre “The Chronic”
Notorious B.I.G “Ready to die”

En français, hors amis, et en Top “à l’ancienne” je dirais
NTM “1993”
Ministere AMER, le premier maxi 4 titres
Les Little “Les vrais”,
Et d’autres trucs comme “Guet Apens” d’Express D, Nubi “Scarlattitude”…

– Si tu devais clipper un titre de rap français qui n’a jamais été clippé, ce serait lequel?

Aucune idée, vraiment.

– En 2014, tu as exposé des oeuvres vidéos et graphiques, peux-tu en dire davantage pour ceux qui sont passés à côté?

Pas simple non plus comme question, on va dire que ceux qui suivent pas trop mon taf et mes conneries n’ont rien perdu à ne pas venir. C’était une tentative d’évènement autour de mon taf, en general. Ça m’a surtout aidé à penser que je préfère des proches et des gens avertis et interessés qui viennent que des promeneurs à la con, branchouilles, qui pensent venir à une mondanité hip hop ou “urbaine” comme ils disent.

Capture d’écran 2015-06-02 à 00.12.42

– Y aura t-il une expo de prévu pour 2015/2016?

Je ne sais pas trop pour l’instant mais je pense à un truc collectif, uniquement en peinture. Mon idée, c’est ramener un truc genre “Peinture Hip Hop”, mais surtout pas étiqueté “Street art”. J’ai deja un theme et 2 collègues pour tout ça. On va s’y mettre.

– Quels sont tes projets à venir? Où verra t-on ton travail dans les mois à venir?

On parle de clips, de différents trucs…Casey est sur son album, Vîrus arrive avec des nouveaux sons…du coup je ne serai pas très loin…j’attend que ça avance un peu pour te dire exactement mais forcément, y’a des trucs qui arrivent…sinon j’vais me faire chier à mourir.

– Si je te dis, Baskets Blanches, ça t’inspire quoi?

Stan Smith, Reebok, AF1, Pegasus…joli l’été mais trop salissant…et jsuis pas assez soigneux avec les pompes…du moins je marche avec quoi…jles salis, je garde pas les boites et je me balade pas avec une brosse a dent et du savon.
Sinon M.ä, forcément.

– Le mot de la fin
Merci à toi et à la team Baskets Blanches. Bonne continuation à vous pour la suite. Puis, en dehors des histoires de baskets blanches, y a un livre tout noir, en vente ici >>>> horscadres.net, et chez tous les libraires.

Capture d’écran 2015-06-02 à 00.13.15

Share this post

Franckie Small

Hoodster. Je chausse du 42,5 et je vous emmerde.

No comments

Add yours

Connect with Facebook