[Interview] Lpee & Lucci – PL1106 : « Si t’as le seum contre le monde comme moi, viens. »

Share this post

C’est en duo que Lpee et Lucci ont décidé de revenir sur le devant de la scène avec leur nouveau projet « PL1106 ». Mêlant une technique indéniable à une ambiance touchante, les deux membres des Tontons Flingueurs nous proposent aujourd’hui un sept titres abouti et efficace. On a donc rencontré les deux rappeurs pour en parler avec eux.

Salut Lucci, Lpee, ça fait combien de temps que vous faites du rap ?

Lucci : Moi ça va faire 4, 5 ans. Lui c’est plus un ancien par contre.

Lpee : Moi j’ai dû commencer à écrire quand j’avais 12, 13 ans, donc ça doit faire 7 ans maintenant.

Comment est-ce que vous avez commencé ?

Lpee : C’est le milieu un peu. J’étais dans un quartier populaire donc quand on était petits on écoutait tous que du rap, donc forcément un moment t’as envie de mettre la main à la pâte. Y’avait plein de gens qui se mettaient à rapper, juste on ne rappait pas ensemble.

Lucci : Aussi, moi personnellement je kiffais trop chanter les paroles des rappeurs. J’écoutais des rappeurs pour refaire leurs textes, et au final je me suis dit vas-y c’est à moi de jouer.

Ça fait combien de temps que vous rappez ensemble ?

Lpee : LTF (Les Tontons Flingueurs, groupe de Lucci et Lpee, ndlr) ça fait 3 ans et demi, 4 ans maintenant. Et nous deux vu qu’on était au lycée ensemble, ça doit faire un peu plus. Pas longtemps après qu’il ait commencé à rapper on s’est vite retrouvés.

Lucci : C’était de la rigolade au début, on ne pensait pas que ça allait devenir aussi important pour nous.

Aujourd’hui vous sortez ce projet « PL1106 ». Que signifie le titre ?

Lpee : « PL1106 » (rires), en fait c’est l’abréviation de « Place 1106 ». C’est genre une place de parking où tout le squad se retrouve, surtout l’hiver quand il fait froid et qu’on est bien en galère. Ça nous est venu après des heures à chercher un nom et surtout après des heures passées là-bas. Ça représente bien au final, c’est un peu notre studio photo, notre point de repère.

En parlant de nom, qu’est-ce que qui t’a poussé à changer le tien Lucci ?

Lucci : En fait mon blase me gênait, il ne me représentait pas assez. Je trouvais que Lucci faisait plus mature, plus sérieux.

Lpee : Et même, je kiffe ce concept, lui c’est un mec qui a grave des aka., il aime bien décupler ses blases. Donc qu’il change ça ne m’a pas choqué et je trouve ça lourd au final.

Lucci : Et même Lu’cid est encore là tu vois, il est sur la gauche, il est présent (rires).

Pourquoi avoir choisi de sortir ce projet en duo, et particulièrement vous deux ?

Lpee : C’est vraiment le feeling. On a fait beaucoup de sons ensemble, depuis « À bas les règles », « Les Tontavons Flingaveurs », etc…

Lucci : Y’a la proximité aussi, on habite à côté du coup on se voit plus souvent. Et comme on pense qu’au rap, on écrit des trucs ensemble. Il passait chez moi, on écoutait une instru, on trouvait un refrain. Au début on a fait un son et on s’est dit vas-y, faut lancer le truc.

Lpee : C’est ça, le premier est grave bien passé donc on s’est dit qu’il fallait faire quelque chose.

Vous avez un solo chacun sur le projet, c’était important pour vous de les avoir ?

Lucci : En vrai nous on est un collectif, on aime bien faire des sons en groupe mais aussi en solo. La plupart des Tontons font énormément de solo, et on a ça dans le sang. Nous deux en plus on a fait deux sons différents, lui il rappe vraiment, moi c’est un peu plus chanté. Deux ambiances différentes et ça va bien dans le truc.

Lpee : Ouais c’est ça, et je suis grave content du solo de chacun.

Le projet est court. Est-ce que vous attachez une importance au format ?

Lpee : Absolument pas. Et même, on fait plus trop la différence entre un album, une mixtape… Et là on a sorti un projet. Il est en stream, on peut appeler ça un EP… Peu importe, on a juste balancé du son à deux, on a fait ce qu’on voulait sans s’imposer de limites du genre il faut faire dix morceaux pour que ça fasse plus sérieux. Aujourd’hui on avait ça à proposer, on l’a fait comme ça. Si demain on a douze titres, ce sera ça.

Pourquoi avoir choisi de ne pas faire de collaborations avec d’autres rappeurs ?

Lucci : En vrai on a hésité mais on s’est dit qu’on allait en faire plein des projets et que ça allait arriver. C’est le premier d’une longue série.

Parlez-nous de ce que ça représentait pour vous le fait de sortir ce projet aujourd’hui.

Lpee : Pour moi c’était un aboutissement parce que c’est mon premier projet détaché de LTF déjà, et le fait qu’il soit sur les plateformes. C’est une étape de franchie et ça ne peut que continuer dans le bon sens. Après, lui avait déjà sorti « Ex Nihilo ».

Lucci : C’est toujours un truc de sortir un projet parce que t’as mis du cœur. Là, dans les deux jours après la sortie du projet, j’ai reçu des messages dans lesquels les gens me parlent des textes, alors que je ne m’attendais pas à ça quand je les écrivais ces textes. Sortir un projet c’est vraiment partager ton émotion, faire ressentir des choses aux gens, et c’est les retours qui font grave plaisir.

Concrètement, comment vous avez travaillé ?

Lpee : Vu qu’on était que deux et qu’on habite proche, on se voyait souvent. C’était facile de travailler ensemble et on prenait plus le temps. Même au studio, on s’est dit on va prendre plus de temps pour faire les sons, comme ça on repasse sur les détails.

Lucci : Et à force de rapper, d’écouter des sons, on essaie moins de faire que du kick.

Lpee : C’est ça, on donne plus d’importance à la musicalité et on est plus méticuleux.

Est-ce que vous avez eu un fil conducteur ou quelque chose que vous vouliez partager ?

Lpee : Pas un fil conducteur. En fait, vu qu’on est tous les jours ensemble, on vit la même chose limite. Du coup, les sujets de conversation vont se ressembler même si on a tous les deux notre touche personnelle. Puis quand on écrit c’est spontané, on raconte notre vécu et on écrit au feeling. Donc plus qu’un fil conducteur, ou un thème dans les morceaux, on retrouve juste une atmosphère ambiante dans le projet. Les phases se ressemblent mais en même temps on n’a pas un son qui parle d’un thème précis.

Lucci : Ca reste dans la même atmosphère c’est ça, y’a une cohérence.

Dans cette cohérence, on retrouve certains thèmes récurrents : l’argent, la famille au sens large… Ca représente quoi pour vous ?

Lucci : C’est la vie en fait. L’argent c’est le moteur de la société, et maintenant on est dans une période où il faut se débrouiller tout seul, c’est fini l’enfance.

Lpee : On parle pas mal d’argent, on parle du quartier dans lequel on se renferme un peu, mais y’a aussi beaucoup de divertissement dans ce qu’on fait, de positivité. Quand t’écoutes « V13N$ », c’est un message d’espoir.

Lucci : Enfin même « V13N$ » y’a un thème un peu triste dans le fond (rires).

Lpee : C’est vrai, mais c’est cette ambivalence qui est pas mal au final.

En parlant de vous et des Tontons en général, certains vous catégorisent comme des rappeurs qui « s’accrochent au old school ». Mais quand on écoute ce projet, on voit clairement que ce n’est pas le cas.

Lucci : Oui, on a évolué. Comme je disais tout à l’heure, quand je rappais les textes d’autres rappeurs avant c’était que du « old school », donc quand j’ai commencé j’étais à fond dans ce délire. Et au final, le temps passe, t’assimiles les nouveautés et t’as d’autres inspirations. Et l’un n’empêche pas l’autre, mais les gens aiment bien nous mettre dans une case.

Lpee : Les inspirations sont différentes, la musique évolue et toi avec elle… C’est tellement naturel en fait. Mais on est grave attachés à l’écriture et du coup on aura toujours ces codes propres au rap dit « à l’ancienne », les placements, les multis… Mais au final, on s’adapte et ça nous fait encore plus kiffer de mélanger tous les styles. On fait ce qu’on aime et quand on fait un truc on essaie de le faire bien.

C’est quoi vos influences aujourd’hui justement ? Qu’est-ce que vous appréciez ?

Lpee : Brel (rires). Enfin j’écoute, mais je ne peux pas dire que ce soit mon moteur, ça ne suffirait pas à résumer mes inspirations. Je kiffe de plus en plus la chanson française, et j’écoute beaucoup plus de rap américain qu’avant. Si je devais citer 3 noms, je dirais Travis Scott pour le rap américain, Jacques Brel en chanson française et le duo Triplego récemment en rap français.

Lucci : Je dirais Travis Scott aussi, 21 Savage et en français Siboy, Sch… Enfin y’en a pas mal.

Lpee : En fait moi faut oublier tout ce que je viens de dire ! En ce moment c’est les rappeuses anglophones, et surtout en Angleterre. Nadia Rose, Little Simz… c’est le futur…

Chacun, vous pensez vous être trouvé ? Que ce soit dans votre manière d’écrire, votre style, votre univers ?

Lucci : Ca va toujours évoluer avec le temps mais pour le moment j’ai trouvé un délire, un univers ouais.

Lpee : Moi dans l’écriture ça se précise mais je ne pense pas avoir d’univers. J’ai encore trop envie de m’essayer à énormément de choses. Je ne présente pas tout au public mais j’ai envie de bosser sur plein de trucs différents.

Est-ce que vous avez un morceau préféré ?

Lpee : Moi c’est « Hood ». Quand on a fini le morceau j’en revenais pas. J’étais vraiment satisfait de ce qu’on avait fait. Et je sais pas… Ce morceau… (rires).

Lucci : Entre « Bat. C »« V13N$ » et« Hood », je saurais pas dire lequel.

Ce projet représente quoi pour vous ? Vous en attendez quoi ?

Lpee : Tout et rien. Je suis content de l’avoir sorti, j’étais vraiment pressé qu’il sorte et je suis grave content des retours que j’ai, j’en attends encore et j’ai envie que le projet tourne vu qu’on y a mis du cœur, je suis attaché à chacun des morceaux. Mais en même temps, je suis tellement content de ce qu’on a fait que ce ne serait pas grave si le projet ne tournait pas beaucoup.

Lucci : Personnellement, après « Ex Nihilo » c’est une autre brique. Chaque projet va faire partie de ce que je vais donner comme image aux gens, et celui-là j’en suis vraiment fier. Comme il a dit, niveau son on a fait ce qu’il y avait à faire.

Lpee : Les avis sont partagés aussi, on ne peut pas plaire à tout le monde. Des fois y’a des gens qui t’envoient des messages sérieux pour dire qu’ils n’ont pas trop kiffé mais c’est lourd aussi, ça te fait avancer.

Une phase pour résumer le projet ?

Lucci : Si t’as le seum contre le monde comme moi, viens (rires).

C’est quoi la suite ?

Lucci : Tous les deux ça va revenir c’est sûr. Après j’ai déjà un projet solo prêt, il me faut juste les mix et les clips et je vais envoyer ça à la rentrée. Et après, ça prépare des trucs avec certains membres d’LTF, j’ai un EP avec Derka qui est bientôt fini par exemple. Et avec LTF surtout on va préparer un gros projet en groupe. Et perso j’ai grave envie de faire de la scène !

Lpee : On a des dates qui arrivent à la rentrée avec les Tontons, ça va être lourd !

Un mot de la fin ?

Lpee : Un grand merci à tous ceux qui nous ont soutenu jusqu’ici. Que tout le monde croit en ses projets ! On va aller loin tous ensemble, la LTFamily c’est une grande famille.

Lucci : C’est que le début.

On ne peut que vous conseiller d’écouter « PL1106 » et de suivre ces deux rappeurs de près pour la suite de leurs projets.

Share this post

Ismaël

Des rêves en tête, on fait pas semblant de vivre.

No comments

Add yours

Connect with Facebook