[Interview] 4 Saisons Vol.3 : Beeby prend l’avantage

Share this post

Le $aigneur est déjà de retour ! Six mois à peine après son dernier projet, « MALA 800 /// ORION », Beeby a sorti dimanche 1er octobre le troisième volume de sa série de mixtapes « 4 Saisons ».  Et cette courte pause lui a suffit pour opérer une envolée stratosphérique vers un projet encore plus harmonieux et plus musical que le précédent, qu’il accompagne également d’un court-métrage qui permet d’envisager une nouvelle approche de ce projet dont on parle juste après la vidéo.

 

A LIRE AUSSI : [Interview] Louis J, de l’ombre à la lumière

 

 

Pour la cover, on reste sur la même identité visuelle que sur les volumes 1 et 2, mais on ne peut pas s’empêcher de remarquer que tu n’es plus tout seul : c’est ta fameuse « Equipe Type » qui s’est agrandie ?

Alors niveau cover, j’ai voulu apporter une progression à chaque volume, qui définit aussi une progression au niveau du contenu. Je sais pas si tu as fais attention, mais la cover de « 4 Saisons Volume 1 » n’est pas aussi détaillée que la dernière, c’est vraiment un tout. Pour ce volume j’ai voulu représenter mon QG, vraiment comment l’été s’est déroulé, on a zoné (rires). Pour l’Equipe Type, elle a toujours été là, mais beaucoup plus en retrait, enfin pour ceux qui ne nous suivent pas de près. Sur « 4 Saisons Vol 2 » j’ai déjà un feat avec CDV et Chaps, la seule nouveauté c’est au niveau des beatmakers, tu trouves beaucoup plus de noms que sur les projets précédents.

 

Elle représente quoi pour toi cette série de 4 saisons ? Il y a un vrai décalage avec les deux volumes précédents je trouve, un changement flagrant. C’est voulu ou c’est juste ton évolution ?

J’ai commencé cette série de mixtapes pour être libre dans ma façon d’exprimer les choses, c’est vraiment le ressenti que j’ai sur la période, je me pose aucune limite et je produis. On a tous une humeur différente à chaque saison, donc une façon différente de voir la vie, que ce soit matériellement parlant, ou même sentimentalement (pas les trucs de canards, je fais mention à la famille). On a pas les mêmes attentes en hiver qu’en été. Le changement qu’il y a entre les 2 premiers et celui-ci, c’est les années de décalage : j’ai grandi, j’ai surtout mûri. Si tu prends les plus anciens de ma fanbase, tu leur demanderas, Beeby, c’est comme si c’était ton frère, on a grandit ensemble (rires).

 

Dans « L’Ami » tu dis : « depuis que j’ai pris de la bouteille, immunisé plus besoin de totem » : c’est ton dernier projet qui a changé des choses pour toi, ou tu parles plutôt de grandir ?

Ce son, il a été enregistré pour la première fois, il y a presque 2 ans, ou peut être plus, je sais plus trop, mais à cette période, j’étais on fire, parce que c’est à ce moment là que j’ai su ce que je voulais réellement faire de ma vie. Elle veut tout dire cette phrase, et c’est pas pour rien qu’elle est placée à cet endroit. Elle conclut tous les problèmes posés dans le premier couplet (les conséquences du père, les relations avec les filles, avec les forces de l’ordre…). Et à la fin, j’te dis clairement, aujourd’hui, j’ai compris, j’me fais plus avoir.

 

 

Il y a un son qui m’a particulièrement interpelée et pour lequel j’aimerais aborder plusieurs aspects, c’est « 3 MOBILE feat JADE, CDV ». Tu dis que tu es « bien trop franc pour être honnête », je trouve ça hyper percutant, mais ça veut dire quoi pour toi ?

« 3 Mobile », c’est le coup de coeur quasi unanime de ce projet, j’suis vraiment fier de ce son, surtout que le délire est parti d’un moment de relâchement total de ma part (rires). Comme quoi c’est en s’amusant qu’on fait les meilleures choses… « Bien trop franc pour être honnête », c’est pour les expériences passées qui ont fait de moi ce que je suis, j’ai blessé des gens en disant la vérité, alors aujourd’hui je préfère parfois me taire pour rester en bon termes.

 

« 3 Mobile », pas de « s » ?  C’est 3 numéros, « pour la miff, le biff, les bitchs », on ne mélange pas ?

Pourquoi pas de « s » comme tu l’as dit on mélange pas, chaque mobile a sa caractéristique, son mode de vie, chaque décision prise pour l’un aura une répercussion sur l’autre, et le but c’est d’atteindre cet équilibre. Naturellement le « bitch » fait référence à mon manque de tact envers la gent féminine avec laquelle je suis fâché, mais à qui j’évite de dire la vérité pour rester en bon termes (technique, celle-là).

 

Le « C&$ by OCHO », on le considère comme un remix ? Comme une réponse ?

Le « C&$ d’Ocho », c’est le gouffre de soulagement, quand tout se finit, quand la journée se termine. Si t’écoutes le projet, tu te rends compte que c’est une journée qui se déroule. Tu sais le « C&$ d’Ocho » c’est quand tu t’assois sur ton lit, tu charges ton téléphone et tu réponds à tes messages, tu vois quand t’es dans ton confort max, une fois chez toi, c’est ça. Donc réponse ou remix, je sais pas, je pense surtout que c’est une track qui forme la construction du projet, j’aurais dû l’appeler autrement (rires).

 

 

Manifestement tu es toujours très productif, puisque ce projet sort à peine 6 mois après « MALA 800 /// ORION », du coup tu bosses sur quoi là ? T’as déjà terminé « Automne »  ou t’es sur autre chose ?

Alors pour « Automne » on va attendre hein (rires). J’arrête pas de bosser, je vais me pencher sur le visuel pour un bon petit moment, par contre, comme prouvé depuis le début, plus on avance plus la barre monte, donc pas besoin d’annoncer quoi que ce soit…

 

On vous donne rendez-vous le 17 novembre à la Maroquinerie !

 

« 4 Saisons Vol.3 » est disponible sur toutes les plateformes de streaming.

Cover "4 Saisons Vol.3" Beeby

Share this post

No comments

Add yours