I’m Gay – Lil B

Share this post



« I’m Gay », quel rappeur à part Lil B aurait pu intituler son album comme ça? Toujours dans la provocation et dans des démarches atypiques, s’appuyant essentiellement du web, le mc de Berkeley a fait fort avec ce titre. Dommage qu’il ai mis entre parenthèses « i’m happy » sous le titre de l’album pour casser l’ambiguité et faire comprendre au public qu’il emploie le mot « gay » dans le sens de la joie et du bonheur. J’avoue que ça casse un peu le délire.

Mais si Lil B a intitulé son album ainsi c’est aussi pour attirer l’attention des auditeurs sur un album dont le discours est très positif. Plein de touches d’espoir, d’entrainement à l’émancipation notamment du peuple noir et plein de questionnement sur la vie. Lil B offre ici un album assez surprenant.

En terme d’instrumentaux hormis les titres « I seen that light », « My last chance » et « 1 time remix » je n’ai pas du tout accroché. Concernant le flow de Lil B rien a vraiment changé depuis mes dernières chroniques sur les projets du rappeur. Bon il y a quand même une amélioration mais je qualifierais plus Lil B comme un slammeur qu’un rappeur finalement, car son projet contient beaucoup de textes parlés. D’ailleurs il n’y a quasiment que ça…

En fait sur « I’m Gay », il faut vraiment se focaliser sur les textes de Lil B aka The BasedGod. Certes ce n’est pas le meilleur lyriciste du paysage rap américain mais les messages que délivre le mc sur ce projet sont intéressants. Beaucoup d’optimisme dans les morceaux. En gros ce qui ressort de l’album c’est que Lil B est un mec qui ne se prend pas la tête quoi qu’on dise sur lui, Based God avance. Aussi Lil B se demande pourquoi les gens se prennent la tête ou ont des actions négatives au lieu d’avancer positivement? Sachant que mine de rien même si c’est encore dur, beaucoup de portes se sont ouvertes pour la communauté noire. Lil B donne de l’espoir et son point de vue face au monde qui l’entoure.

Le rappeur fait preuve de beaucoup d’intelligence dans ses textes et montre une facette de sa personnalité qui était moins développé sur ses précédents projets. Lil B n’est certainement pas le meilleur des rookies du rap game, mais j’avoue qu’ayant un peu suivi son évolution, les risques qu’il prend sont plutôt bien assumés et bien déclinés via sa musique et via son image.

La pochette de l’album reprend le design de celle de « I Want you » de Marvin Gaye. Sauf que sur celle-ci Lil B met en image l’esclavage, l’esclavage mental et la liberté d’esprit, c’est un peu les sujets autour desquels s’articulent son album.

Ne vous attendez pas à du pur rap west coast mais focalisez-vous sur les textes et l’idéologie du mc. « I’m Gay » permet de comprendre un peu mieux le personnage, de capter son concept et son état d’esprit. Procurez-vous cet album si vous vous intéressez à ce rappeur qui fait partie des 11 XXL Freshmen 2011.

Très réticent lorsque j’ai découvert le rappeur avec « I’m Gay » j’ai pris le temps d’étudier la vision du rappeur. Vous pouvez trouver son album gratuitement sur différents sites internet car Lil B a eu la gentillesse de l’offrir « pour ceux qui n’auraient pas 10 dollars pour l’acheter » mais sinon vous pouvez toujours l’acheter sur iTunes si vous voulez donner une force au rappeur.

Note: 6/10

Share this post

Franckie Small

Hoodster. Je chausse du 42,5 et je vous emmerde.

No comments

Add yours

Connect with Facebook