Hell: The Sequel – Bad Meets Evil

Share this post



Ça fait déjà plusieurs jours que j’écoute l’album « Hell:The Sequel », mais je vous demande s’il vous plait de me laisser une petite minute le temps de reprendre mes esprits car je ne me suis pas encore remis de certains couplets […]. Merci à tous, maintenant passons aux choses sérieuses…

D’abord pour commencer, je voulais savoir qui d’entre vous a déjà vécu des retrouvailles avec une personne chère, perdue de vue pendant une longue période? Bon, bien évidemment comme d’habitude personne ne me répond…Parce que je ne suis pas rancunier, je vais quand même vous raconter mes retrouvailles avec Slim Shady, avec l’insolence, la cruauté, la dérision, l’ironie et le VRAI hip hop.

Bad Meets Evil où la rencontre de Royce Da 5’9 (signature Shady Records) et Eminem (fondateur de Shady Records). Bad Meets Evil où le retour foudroyant non pas d’Eminem (car le rappeur n’a jamais vraiment quitté la scène) mais plutôt celui de Slim Shady.

Technique, flow percutant voire même violent, vivacité, rapidité, punchlines en pagaille, combinaisons déroutantes. J’ai presque eu des frissons lorsque j’ai entendu Eminem ouvrir les hostilités sur le premier titre du projet intitulé « Welcome 2 hell » sur une instru d’Havoc.

« Welcome 2 hell », là c’est sur on y est (en enfer pour ceux qui ont du mal en anglais) et dès l’intro les flows embrasés des deux rappeurs nous propulsent dans un projet dans lequel on ne sort pas intact. Avant d’écouter l’album, j’avais déjà entendu « Fastlane » et « A kiss » mais lorsque j’ai entendu l’intro, j’ai vraiment eu peur pour Royce Da 5’9.

Parce que quand t’entends Slim Shady prendre le micro avec autant d’énergie et de détermination, forcément tu flippes pour celui qui va suivre. Mais Royce Da 5’9 « The Bad » a relevé le niveau avec brio. C’est un peu comme quand tu joues à la console et tu tombes sur plus fort que toi comme par magie tu deviens presque aussi fort que le mec qui essaye de te mettre une raclée.

Dans « Hell: The Sequel » il n’y a aucun déchet, tout se savoure, les instrus, les featurings mais aussi et surtout la complémentarité entre Eminem et Royce Da 5’9. Les deux emcees envoient des textes puissants sur des prods lourdes avec une alchimie digne d’un groupe qui rappe ensemble depuis plusieurs années (au fond, c’est le cas…). Ça faisait longtemps que je n’avais pas été aussi enthousiaste à l’écoute d’un projet combinant deux artistes qui sont à la base des rappeurs solos.

Avec cet album, j’en ai vraiment eu pour mon compte, pour mon argent, pour mes oreilles et pour mon amour du hip hop, mais permettez-moi s’il vous plait de revenir sur la performance d’Eminem qui m’avait vraiment manqué sur ce créneau là. Slim Shady is back avec son lot d’attaques cruelles envers d’autres artistes du showbiz (Lady Gaga, Justin Bieber…), ses rimes de haut vol et son attitude désinvolte. Moins de mélancolie et de textes fédérateurs que sur ses deux derniers albums solos, ici Eminem et son acolyte s’amusent et c’est à qui mettra le plus la gomme.

Si vous ne savez pas ce que donne la rencontre entre le « mauvais » et « le malin », procurez vous urgemment « Hell: The Sequel » parce que je suis pas voyant mais une chose est sûre c’est que ce projet est dans le top 3 des albums de l’année. Je ne peux même pas vous citer un morceau en particulier pour vous convaincre car tout est lourd, « Loud Noises » le feat avec Slaughterhouse, « Lighters » celui avec Bruno Mars, « Im on everything » celui avec l’acteur humoriste Mike Epps. « Welcome 2 hell » le morceau d’introduction, « Echo » le morceau de fin, « Fast Lane », « The Reunion », « Above the law », « A kiss »…pfffff vraiment le projet est réussi.

En écrivant cette chronique, je me suis demandé plusieurs fois si j’étais vraiment objectif, si j’étais réellement sorti du projet et si je n’étais pas passé à côté d’un couplet foireux ou une prod pourrie mais en fait non. « Hell: The sequel » est tout simplement un album complet, une plongée musicale dans l’enfer de Royce et Em’, un périple en 11 tracks dans l’antre du hip hop. Finalement en pensant nous attirer en enfer, Royce Da 5’9 et Eminem nous ont propulsé au paradis.

Note: 9,5/10

Share this post

Franckie Small

Hoodster. Je chausse du 42,5 et je vous emmerde.

No comments

Add yours