Follow me home – Jay Rock

Share this post



Yo! Salut les mecs (et les meufs aussi) ça va? Moi ça va tranquille, je rentre de Californie là, c’était du lourd, vous pouvez même pas imaginer. Y’avait du son west coast, des trucs que vous avez jamaiiiiiiiiiiiiis entendu, y’avait de la bonne weed, des meufs, je « chillais » dans le quartier du Watts avec des vrais gangsters, des vrais Bloods je vous promets!!! c’était un délire, j’étais totalement « thuggifié »!!! Bon…en fait oui, effectivement tout cela est un délire. En fait j’ai juste écouté « Follow me home » le premier album de Jay Rock.

J’ai été agréablement surpris par la qualité du premier album de « Jay Rock ». A chaque fois que je me dis que la west coast arrive au bout de ses capacités un mec vient me remonter les bretelles. A vrai dire je comptais beaucoup sur Nipsey Hussle pour tenir droites les fondations bâties par les vieux pères de la côte ouest (d’ailleurs je compte toujours autant sur lui). Je compte beaucoup sur Game, sur des types comme Dom Kennedy ou Tyga entre autres et aujourd’hui je peux aussi compter sur Jay Rock.

« Follow me home » est une véritable rafale de purs morceaux west coast. Les sonorités sont west coast bien évidemment mais sans abus de sirènes, sans auto-tune et loin des clichés que l’ont peu avoir parfois sur le rap californien (textes légers, trop laid back, trop festif ou trop gangsta). Jay Rock c’est le juste milieu, des sons de « thug » avec leur lot de réalité: meurtres, argent, femmes, bons moments et bien évidemment la vie et l’avis de Jay Rock.

Ce qui m’a surpris c’est que malgré leur simplicité, les instrumentaux qui composent l’album sont souvent très mélodieux. A chaque track, l’instrumental nous emmène dans le décor adapté au thème et le flow de Jay Rock nous raconte l’histoire. Voix grave, attitude, Jay Rock fait passer les messages avec brio, qu’il parle de la dure vie dans les rues de L.A ou de ses semblables qui vivent la vie des gangs.

En écoutant le titre « Just like me » feat J.Black, j’ai tellement été plongé dans l’ambiance hip hop/jazzy et les paroles du mc que pendant quelques secondes, j’ai eu le sentiment de vivre cette vie et me suis posé des questions existentielles. Jay Rock me fait un peu penser à Game à ses débuts, le style de certaines prods et sa voix assez dure sur certains titres, me rappelle la détermination du MC de Compton à l’époque de « The Documentary » son premier album.

Jay Rock est un très bon rappeur et apporte énormément de fraîcheur au « gangsta rap » californien. Tous les titres sont bons sur son album, aucune réelle faute sur sa copie. Les featurings aussi sont bien exécutés et qu’il invite (Kendrick Lamar, SchoolBoy Q et AB-Soul) les membres de son groupe Black Hippy sur « Say wassup », Kendrick Lamar sur « Hood Gone love it », AB-Soul sur « No Joke », J Black sur l’excellent « Just like me » ou sur « M.O.N.E.Y », Lil Wayne et Will.I.Am sur « All my life », Rick Ross et BJ The Chicago Kid sur « Finest Hour » (très bon titre aussi) ou Tech N9ne et Krizz Kaliko sur « Kill or be killed » le résultat est bon voir même très bon.

Grâce à cet album, j’ai non seulement baigné dans l’atmosphère tendue des rues du Watts et des alentours, j’ai pu découvrir le flow et la voix d’un rappeur californien vraiment prometteur, j’ai testé des sonorités west coast assez originales, parfois influencées par la soul, parfois par le jazz, parfois par les bases californiennes ou par le Hip Hop tout simplement.

Jay Rock rappe sérieusement, c’est street, c’est cru, c’est gangsta et mouvementé, pas de track à sauter. Je valide totalement « Follow me home », j’espère que le mc va poursuivre sa route dans cette lancée parce que je ne sais pas ce qu’en pense les autres mais moi ça me parle réellement. Dois-je préciser que cet album est à tester d’urgence? Achetez-le pour vous et faites écouter à vos amis parce qu’en terme de rap west coast, Jay Rock a fait le boulot.

Les titres clés de l’album: « No Joke », « West side » feat Chris Brown, « Elbows », « Kill or be killed », « Just like me » feat J.Black, « Finest Hour » feat Rick Ross et BJ The Chicago Kid et « Lifes a gamble »

Note: 8,5/10

Share this post

Franckie Small

Hoodster. Je chausse du 42,5 et je vous emmerde.

No comments

Add yours