Doggumentary – Snoop Dogg

Share this post



C’est l’album d’un pilier du rap international. C’est une récolte de plus sur un arbre qui pousse depuis bientôt 20 ans (Pour les relous: la récolte c’est les titres qui composent l’album, l’arbre c’est la carrière de Snoop et si t’es un peu futé tu comprendras que c’est une référence à la weed). « Doggumentary » c’est le nom du nouvel album du rappeur que l’on ne présente plus, j’ai nommé Calvin Broadus aka Snoop Dogg. Dans ce nouvel opus le Doggfather propose un mélange totalement réussi de rap et de funk.

En gros du pur G-Funk dans les bacs quelques jours après la mort de Nate Dogg (paix à son âme) son acolyte dans la vie et au micro, en featuring ou avec 213. La cover montre un siège vide et même si l’idée de base n’est pas la suivante, je me suis dit que c’est un peu la place vide après le départ du « Dogg » Nate…Encore une fois Snoop nous emmène sur sa planète entre Kush bien tassée « The Weed iz mine » feat Wiz Khalifa , soirées « Boom » feat T-Pain, California Love « El Lay » feat Marty James, bitchiz « Take u home » feat Kokane, Too $hort et Daz, rue « Raised in da hood », parcours « My Own Way » , succès « Platinum » feat R.Kelly et repenti d’un pimp « I don’t need no bitch » feat Devin the dude and Kobe Honeycutt.

Les instrumentaux restent pour la majorité west coast, on a même le droit a du Fred Wreck sur le titre « Peer Pressure » feat Traci Nelson et Dieu seul sait combien ce mec a apporté au rap de la côte ouest niveau prods, belle reconnaissance de Snoop. On peut tout de même trouver des prods qui sortent un tantinet du style Snoop Dogg comme sur « Eyez Closed » feat Kanye West & John Legend, ici l’instrumental est un mélange de pop/rock.

Bizzarerie instrumentale sur « Sumthin Like This Night » feat Gorillaz, je ne saurais dans quelle catégorie classer la production mais en tout cas le résultat est bien foutu. Snoop c’est le genre de mc qui n’a vraiment plus rien à prouver, il a traversé les années sans prendre une ride, toujours la même pêche, toujours ce côté gangbanger mixé au côté pimp funky des seventies qui lui vont comme un gant.

On le ressent à travers tout l’album « Doggumentary », dans lequel Snoop confirme que son rap est inter-générationnel. Autant il peut toucher les 16-50 ans avec « The weed iz mine » feat Wiz Khalifa (ben ouai y’a pas d’âge pour planer. La preuve, voyez la différence d’âge entre les mc’s), autant il peut les atteindre avec « The way life used to be » (tout le monde a envie de connaitre la vie de cette légende vivante du rap west américain).

« Doggumentary » est très bon, laid back, posé avec son lot de surprises « Superman » feat Willie Nelson » par exemple et ses sursauts gangsta avec « My Fucn House » feat Young Jeezy et E-40, « We rest in cali » feat Goldie Loc et Bootsy Collins ou club avec « Boom » feat T-Pain. Au fond de moi je me dis que Snoop Dogg n’atteindra plus jamais le niveau des albums « Doggystyle », « No limit top dogg » ou « Tha Last Meal » qui sont ses 3 meilleurs opus selon moi, mais « Doggumentary » n’est vraiment pas loin dans le classement, si ce n’est juste après. Enfin je renoue avec un artiste que je perdais petit à petit au fil des derniers projets sortis. « Doggumentary » est un album à acheter d’urgence alors cassez vos tirelires et foncez vous le procurer. A consommer de préférence avec une bonne bouteille de Cognac et un joint d’herbe bien verte!

Note: 8,5/10


Share this post

Franckie Small

Hoodster. Je chausse du 42,5 et je vous emmerde.

No comments

Add yours