Dernier MC – Kery James

Share this post

Kery-James-Dernier-MCAprès son absence de 3 ans, loin des studios et des salles de concerts, Kery James est revenu au devant de la scène rap français l’année dernière avec le projet « 92-2012 ». Ce projet était un album dans lequel le rappeur reprenait des titres clés de sa carrière ajoutés à quelques inédits dont notamment le percutant « Lettre à la République ». De cet album avait découlé une superbe série de concerts acoustiques aux Théâtres des Bouffes du Nord. Est-il utile de préciser que la team Baskets Blanches a assisté à l’une de ses représentations ? Et qu’à l’unanimité, nous considérons ce concert comme l’un des plus beaux concerts de rap français.

Un an plus tard, l’une des plus belles plumes du rap français poursuit sa carrière avec « Dernier MC », un nouvel album qui ne comporte que des inédits cette fois-ci. « Réveiller les consciences, quand le sheitan mène la danse… », c’est ce que rappait Kery James dans le titre « J’ai mal au coeur », il y’a plus de 15 ans… Force est de constater que le combat n’est pas terminé et que cette phrase n’a jamais été aussi actuelle qu’aujourd’hui, car lorsqu’on se plonge dans « Dernier MC », seul les sourds vous diront que la société et les comportements humains ont évolué depuis le dernier album d’Ideal J (Premier groupe de Kery James, pour ceux qui ne savent pas).

Le dernier album de Kery James est bien équilibré. Entre les titres qui parleront le plus à la rue et à ceux qui l’ont vécu ou qui la vivent et ceux qui parleront à un plus large public, Kery James a su doser les ambiances et les thèmes à juste mesure. Quoi qu’il arrive, le dernier MC, ne perd pas le nord et délivre constamment un message fort dans chaque titre. Aucun morceau n’est écrit dans le seul but de divertir le public ou pour rajouter une piste au tracklist de l’album. Même si certain titres sont plus légers (« 94 c’est le Barça », « 9Trap Music », « Le mystère féminin » feat Imany) que d’autres, le message est omniprésent.

Au niveau des sonorités, le choix des instrumentaux colle parfaitement à la plume et à la personnalité de Kery James. « Dernier MC », contient des titres très mélodieux, pleins d’instruments ou parfois très minimalistes laissant la place au texte et à l’interprétation. Le dernier Kery James contient aussi des productions très lourdes autrement dit des bangers. En effet, les instrumentaux trap de « 9Trap Music » ou de « 94 c’est le barça » permettent à Kery James de s’exprimer avec un flow plus virulent que sur le reste de l’album. Dans la même lignée d’instrus vous retrouverez « Contre nous » titre dans lequel Kery James a invité Youssoupha et Médine ainsi que « Y’a rien » feat Niro ou « Jamais sans mon poto ». On ne peut pas parler de sonorités sans relever l’insertion du dubstep dans le projet de Kery James. « Vent d’état » et « Des mots » feat LFDV, mettent en avant ce style musical de plus en plus métissé avec le rap. Le résultat est intéressant car cela donne une autre dimension et un coup de boost énergique aux morceaux.

Concernant les thèmes, c’est avec une dextérité déjà confirmée que Kery James les a abordés. Les médias, la manipulation , l’état, les guerres, la prison, la jalousie, l’amour, l’amitié, la mort, les gens superficiels, le clash, les messages des rappeurs en général, voici les thèmes principaux de l’album de Kery James. Rien de surprenant concernant le maniement des mots, ce qui est vraiment fort, c’est l’interprétation de Kery James. En terme de storytelling, le rappeur est excellent, difficile de ne pas se faire happer dans le cosmo de titres tels que « Dernier MC », « La mort qui va avec… », « Vent d’état », « Quatre saisons » feat Niro ou entre autres « Constat amer ». Le rappeur vit ce qu’il dit, rimes après rimes.

« Dernier MC’ est un album abouti, Kery James a su mettre en avant les différentes facettes de sa personnalité. Celles même qui l’avaient déchiré intérieurement lorsqu’il écrivait des albums comme « Si c’était à refaire » ou « Ma vérité ». Ici, on ressent bien que le MC a trouvé le juste milieu dans musique et sa personnalité. OrelSan, Lino, Ladea, Fababy, REDK, Scylla, Tunisiano, 2ème France, Kenyon, Dixon, Capleton, Zaho et Corneille sont les guests de l’album que je n’ai pas cité dans cette chronique. Au delà des mots, je vous invite à écouter cet album qui n’est pas spécialement innovant au niveau de la forme mais un des plus aboutis de Kery James au niveau des textes, des thèmes et de l’interprétation.

Note:

quatre

 

 

 

1.Dernier Mc
2.Vent d’état
3.À l’horizon ft Corneille
4.Y’a rien ft Niro
5.Quatre saisons
6.Love music
7.94 c’est le barca
8.La vie en rêve ft Zaho
9.Jamais sans mon poto
10.Le mystère féminin ft Imany
11.La mort qui va avec…
12.Des mots ft LFDV
13.Contre nous ft Youssoupha & Medine
14.Constat Amer
15.Post scriptum
16.Parti de loin ft Kenyon & Dixon
17.9Trap Music
18.Soldier ft Capleton
19.Dernier mc (remix)

Share this post

Franckie Small

Hoodster. Je chausse du 42,5 et je vous emmerde.

1 comment

Add yours

Post a new comment