[Chronique] Vince Staples – Prima Donna

Share this post

staples

Il s’en est passé des semaines depuis ma dernière chronique. J’avais promis d’être plus régulier mais je n’ai malheureusement pas tenu ma promesse, pardon à ceux et celles qui m’attendaient sur certaines sorties bien bouillantes. Ce qui est sûr, c’est que c’est la rentrée et que j’ai pris de bonnes résolutions.

Je sais que je ne vous ai pas parlé de plusieurs projets et notamment, Batterie Faible de Damso, Nique le casino de Sadek, Vréel de Kekra, Blank Face LP de Schoolboy Q, Major Key de DJ Khaled ou encore l’excellent Still Brazy de YG. Ce sont des projets que j’ai saigné tout l’été et dont je pense le plus grand bien pour la majorité mais il n’y aura pas de « papier » dessus. On va plutôt redémarrer avec un projet beaucoup plus récent, qui fera office d’amuse bouche pour commencer la saison 2016-2017.

let-vince-staples-take-you-on-a-journey-with-his-prima-donna-short-film

Il s’agit du deuxième EP du rappeur californien Vince Staples (le premier étant Hell Can’t Wait). Un peu plus d’un an après Summertime ’06, son premier album,  le MC de Long Beach nous propose une petite sucrerie de 7 titres intitulée Prima Donna. Construit musicalement par No I.D., DJ Dahi, Hill et James Blake, cette petite bâtisse sonore est une sorte d’expérimentation. Les compositions de Prima Donna apportent des nouvelles couleurs à la musique de Vince Staples. On ressent clairement une évolution de projet en projet et un éloignement par rapport à la scène mainstream actuelle. Bien que le rappeur reste dans des thématiques classiques pour un album de rap, les instrumentaux eux sont gorgés d’innovation.

Le titre Smile au croisement entre le rap et le rock, le tempo froid et saccadé de War Ready et sa mélodie oppressante, ou les ambiances énergiques de Big Time ou Loco feat. Kilo Kish sont des exemples de l’originalité des prods choisis par Staples pour cet EP. Je ne vais pas vous ressortir mon pitch sur la délocalisation des sonorités, qui raconte qu’un rappeur de Los Angeles ne kicke plus forcément que sur des sirènes ou qu’un MC de New York peut désormais rapper sur de la trap. Vince Staples est un exemple de plus de cette volonté de sortir des sentiers battus dans son secteur et d’apporter sa touche au rap de surcroit.

main_content_vince_staples_wide__1_

Je ne suis pas hyper fan de ce que dégage les productions de ce projet mais le MC a le mérite de proposer quelque chose de différent.

Côté thème, Vince Staples traite des sujets qui lui colle à la peau comme les gangs (Big Time), il parle de sa manière d’aborder le succès par rapport à sa vie d’avant (Smile), de l’évolution du rap et donc du rapport entre activiste de la old school et de la new school (Pimp Hand). Vince Staples, rappe également d’un sujet sensible mais plus présent que jamais c’est le fait d’être un noir dans la société (War Ready).

Parfois introspectif, parfois politique, Vince Staples laisse très peu de place à la légèreté. Comme il le laisse comprendre dans son intro, le rappeur aspire à une vie cool mais la réalité le rattrape toujours. Je fais référence aux paroles du titre de gospel « This Little light of mine » qu’il fredonne au début du projet et qu’il ponctue par un coup de feu, qui m’a fait sursauter au moins cinq fois malgré les précédentes écoutes. Fais pas style, toi aussi tu t’es couché au sol quand tu as entendu l’intro pour la première fois.

vince-staples

Le MC fait le constat de sa vie actuelle sur ce projet. On peut y apprendre beaucoup sur sa vision de la société et en quelques sorte sur son militantisme pour la cause noire. Pris dans le tumulte du succès, le rappeur nous parle aussi de la manière dont il se détache de ses proches mais reste proche de la rue et de la triste réalité des gangs.

Très peu de collaboration sur Prima Donna. En même temps, il ne s’agit que d’un 7 titres, les featurings avec A$ap Rocky sur le morceau éponyme et l’intervention de Kilo Kish sur Loco font l’affaire. Les deux artistes apportent chacun une petite touche qui très honnêtement ne me parait pas indispensable.

Prima Donna est un EP de bonne qualité. Il ne contient certes ri’en de bien fou mais j’ai passé un bon petit moment à chaque écoute. Vince Staples confirme son talent et sa créativité sortie après sortie. J’attends beaucoup de ce MC et même si cet EP ne m’a pas bouleversé, j’y vois beaucoup de points positifs qui annoncent  surement un bel album dans les mois à venir.

Note:

[yasr_overall_rating]

  1. Let It Shine
  2. War Ready
  3. Smile
  4. Loco f. Kilo Kish
  5. Prima Donna f. A$AP Rocky
  6. Pimp Hand
  7. Big Time

Share this post

Franckie Small

Hoodster. Je chausse du 42,5 et je vous emmerde.

No comments

Add yours

Connect with Facebook