[Chronique] Tiers Monde livre No Future: nourrit le cerveau, aère l’esprit.

Share this post

Cover-NO-FUTURE-Tiers-Monde

No Future, c’est le titre du nouvel album de Tiers Monde. Disponible depuis le 29 avril 2016, ce nouvel album succède à Toby or not Toby son dernier projet – sorti il y a deux ans – qui était déjà de très bonne facture. Aujourd’hui, l’artiste nous délecte d’un long projet dans lequel le fond et la forme sont les mots d’ordre. Souvent classé dans la case « rap conscient » et pas forcément à tort (on va pas se mentir, faites pas style!), le MC straight outta Normandie prouve – une fois de plus – qu’il est possible d’être actuel musicalement et d’aborder des thèmes qui font réfléchir.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, je voulais d’abord saluer le travail esthétique autour de cet album. Que ce soit au niveau de la vidéographie: MC Solaar, Babel ou récemment T.M.D.M, de la cover signée par un certain Maxime Masgrau ou même du style de Tiers Monde, toujours propre sur lui, à chaque apparition le visuel est clairement soigné et travaillé. En plus de se faire du bien aux oreilles, on en prend plein les yeux comme quand le rappeur rend hommage au clip Bouge de là de MC Solaar sur le titre éponyme. L’univers de Tiers Monde est léché et on ressent beaucoup de réflexion en amont de chacun des visuels publiés.

Tiers Solaar

Nous sommes surement tous d’accord sur le point de vue esthétique mais quand est-il de la musique? Ceux qui connaissent Tiers Monde, savent que la force de l’artiste réside dans sa plume, dans sa technique et dans sa manière de rapper des thèmes forts ou qui nous font cogiter. Dire des vérités et éveiller les consciences sans mâcher ses mots, avec l’aide de métaphores toujours bien senties, c’est le credo de l’auteur de No Future (du moins, c’est ce qui en sort). Le rappeur le fait même dans les interludes et autres outros. L’exemple le plus fort selon moi est celui où les enfants chantent la marseillaise à la fin du titre Mufasa.

Les textes sont percutants et restent dans la tête comme une bonne leçon. Tiers Monde livre les mots avec habilité, les paroles sont écrites avec le coeur mais surtout avec la tête. Le MC originaire de Normandie rappe le système, la vie dans les quartiers, la religion, l’état et ne fait quasiment aucune place à l’introspection. Si vous avez écouté l’album jusqu’à la dernière seconde, Tiers Monde donne une réponse à propos du partage de son vécu.

Le « dernier Solaar » est un MC multi flows, il peut débiter rapidement, casser les mots, saccader les rimes ou rapper de manière très posée. En plus de la précision dans le choix des mots, Tiers Monde excelle quand il s’agit de traumatiser l’ingé-son en cabine. Comme je le disais en début de chronique, le fond et la forme vont de paire sur cet album. Lorsque l’on écoute les derniers projets du rappeur, cette faculté était déjà présente mais sur No Future, elle est beaucoup plus marquée. Toujours surprenant d’entendre, « J’f’rai pas l’apologie du mal ou des armes de la came ou des tapins j’suis zahaf… » (Ma foi), rappé avec le flow des MC qui font justement le contraire de qu’avance Tiers Monde (t’as compris le truc?)

Tiers Monde

Musicalement, cet album est excellent. Les compositions sont très bien sélectionnées et le rappeur les honore comme il se doit. Parfois planantes (Sans E, Babel, Hero…), parfois énergiques (Mufasa, MC Solaar)…, aux sonorités afro ou teintées de musique électronique (juste un brin), les productions sont très éclectiques et apportent énormément de relief à cet album.

L’album est également truffé de références et de clins d’oeil, que ce soit sur Mufasa lorsque Tiers Monde reprend une phase de Kery James extraite du titre Thug Life, sur Death Note où il rentre sur le son comme Nekfeu sur Egérie ou encore une fois sur Mufasa, par rapport à la manière de poser – surtout au début du titre – et à la prod, qui n’est sans rappeler le titre Power de Kanye West. Je ressens d’ailleurs beaucoup d’influence de Kanye West sur cet album, notamment dans certaines utilisations de l’auto tune (Babel, Amour superficiel). Je ne sais pas si c’est volontaire ou une succession de coïncidences mais le résultat est bon.

Juste deux invités sur l’album: Brav – avec qui Tiers Monde forme/ait le groupe Bouchées Doubles – assure avec brio le refrain du titre Quelque chose. Thelma , elle assure la partie chantée du titre Hero. Encore une fois, le choix des featurings est réussi. Le rappeur a visé la simplicité et l’efficacité. Les artistes invités ont stratégiquement été ajoutés sur les titres. On sent bien que s’ils sont là, c’est parce que Tiers Monde en avait la nécessité sur les deux titres.

Tiers Monde 2

No Future est un des meilleurs albums rap français que j’ai écouté pour le moment en cette année 2016. La qualité est au rendez-vous à tous les niveaux et ne laisse de place qu’à une part infime de défauts. On sort de l’album en réfléchissant sur la vie, sur ce qui nous entoure et en faisant une synthèse sur soi même, mais avec le sentiment d’avoir chillé pendant 56 minutes. En gros, cet album te remplit la tête et t’aère l’esprit. Les singles diffusés avant la sortie de l’album laissaient présager de très belles choses et je ne suis vraiment pas déçu du résultat. No Future est un album que je vous conseille vivement et qui mériterait une plus grosse exposition. Après Brav et Tiers Monde, qui sera la prochaine sortie Din Records (plus que prolifique en ce moment)? Médine? Affaire à suivre… Ce qui est sûr (attention: alerte spoiler !), on attend « Mamadou » impatiemment !!!

Note: [yasr_overall_rating]

01. Le temps détruit tout
02. Le mal par le mal
03. MC Solaar
04. Babel
05. No Future
06. Mufasa
07. Hero (feat. Thelma)
08. Ma foi
09. Quelque chose (feat. Brav)
10. Amour superficiel
11. Sans E
12. Death Note
13. T.M.D.M

 

 

Share this post

Franckie Small

Hoodster. Je chausse du 42,5 et je vous emmerde.

1 comment

Add yours
  1. Pesquet Julien 11 mai, 2016 at 19:05 Répondre

     » forme/ait le groupe Bouchées Doubles  »

    S’ils pouvaient confirmer le (e) cette année!
    Car 10 années sont passées depuis « Apartheid » mine de rien..

    Je parie sur un retour de Bouchées Doubles cette année en 2016. (je pose ça là)

Post a new comment

Connect with Facebook