[Chronique] MZ – La Dictature: La confirmation avant l’explosion.

Share this post

mz_dictature_

La Mafia Zeutrei (MZ), a sorti son deuxième album studio, La Dictature le 22 avril dernier. Quatorze titres sur lequels Jok’Air, Hache-P et Dehmo oscillent entre flows chantonnés et refrains entêtants. Malgré une image non usurpée d’ambianceurs et de kickeurs, les trois amis d’enfance ont livré un album plus introspectif que dansant, bien travaillé sur la forme et la musicalité mais peu novateur dans les thèmes abordés. La Dictature se présente comme un album tournant pour la discographie du groupe, qui doit faire fructifier ses millions de vues sur Internet en ventes réelles significatives pour créer un « empire », selon les vœux de son sapeur de manager, Davidson.

12804669_793135694123751_6733583992972468194_n

« Tu cherches enfin de la vraie musique, t’as trouvé les artistes qu’il te fallait » Jok’Air, Il te fallait

Depuis leurs débuts, la spécificité de chaque projet de la MZ réside dans leur faculté à produire des refrains chantés viraux ( Lune de Fiel, Fonceder, Embrasse Moi..). Ce deuxième album confirme cette tendance. Tous les morceaux comportent un refrain, Jok’Air en assure avec brio la quasi-totalité, alternant entre les refrains martelés (Lidl) et ceux plus construits (Toi sur Moi, Il te fallait, Noir c’est noir, Les meilleurs). Ils donnent une identité relativement feutrée à cet album, qui comporte peu de morceaux entrainants et pas de banger hormis Lidl et MD. Mention spéciale aux refrains des morceaux Il te fallait et Toi sur Moi, qui figureront sur la liste des plus marquants de l’année. Le flow chantonné d’Hache-P et le kickage de Dehmo permettent au groupe de se compléter sur l’ensemble de l’album.

13015227_814526341984686_5315517816166852088_n

 » Si j’étais blanc, je serai partout, si j’étais aux States, je serai millionnaire » Hache-P, Superman.

Lorsqu’il s’agit d’aborder leurs thèmes habituels (argent,  le sexe, drogue, condition des noirs), les trois artistes de Paris Sud sont meilleurs par petites touches que par morceaux entiers. Noir sur Noir, qui parle de la condition des personnes noires en France, est trop brouillon dans l’écriture pour constituer un morceau conscient réussi. Le thème de l’argent n’est pas rigoureusement tenu dans Mathématiques, MD ne reflète pas l’ambiance générale de l’album. Seul Toi sur Moi tient son rang et s’impose comme le single fort de l’album. Les punchlines disséminées tout au long de l’album sur ces sujets, et non par morceaux entiers, sont par contre plus percutantes:

 » Trop noir et talentueux pour leurs playlists, les grands médias me voient comme l’Antéchrist » Jok’Air, Il te fallait

« Je pose que du lourd, même quand je fait de la merde
Je t’encule toi et ton c’est pas mal…
Je veux que du biff, je bosse que pour ça
Quand je le perd je dit pas « c’est pas grave » Dehmo, Les meilleurs.

12633619_775314995905821_6467082641695285240_o

La bonne surprise de cet album ne se trouve pas uniquement dans les singles. Sur le douzième morceau de la Dictature, les trois kickeurs du 13ème se transforment en crooners avec une facilité déconcertante sur une production très jouée. Entre le refrain très calme de Jok’Air, la désinvolture de Dehmo et le flow chantonné d’Hache-P (pas étonnant qu’il cite 50 Cent comme l’une de ses références musicales), le morceau est vraiment marquant.

 

Pour leur premier album, Affaire de Famille, les trois complices n’avaient pas sollicité de collaborations. Ils se rattrapent avec La Dictature, puisque six artistes viennent les épauler, sur quatre morceaux différents. Outre l’omniprésent Nekfeu sur le single Les Princes, Marlo et Chich font une apparition sur MD, tandis que Zaïra prend en charge un couplet sur le dernier titre, Les meilleurs. Jessi-Jess et Mallaury apparaissent sur le titre Deuboukéhi.

La Dictature est donc un album bien pensé et réalisé sur la forme, l’ambiance générale, l’interprétation des rappeurs et les productions venant la plupart du temps pallier l’écriture un peu légère du groupe. Après une semaine de commercialisation, le nouvel opus s’est vendu à près de 4000 exemplaires, ce qui représente un meilleur départ par rapport à « Affaire de Famille ». L’explosion peine à arriver mais la reconnaissance est en route.

mz dictature

 

 

Share this post

Octave

« Je ne suis pas un charlatan de l’ancienne école
Encore moins un zoulou de la nouvelle « ras le bol »

No comments

Add yours