Boy in detention – Chris Brown

Share this post



Tout a commencé avec les titres « Real Hip Hop Shit » et « Look at me now », des morceaux dans lesquels Chris Brown endossait sa casquette de rappeur. En parlant de casquette Breezy enchaînait aux côtés de Tyga sur « Snapbacks back » un remix du titre « Tupac Back » de Meek Mill et Rick Ross.

Sur chacun des morceaux cités ci-dessus Chris Brown avait fait le boulot même si j’avoue que Busta Rhymes l’avait un peu (énormément) bousculé sur « Look at me now ». Voyant le nombre de titres en mode MC s’accumuler pour Chris Brown et connaissant les américains pour toujours transformer un délire en projet, il était évident que le chanteur allait nous sortir une tape 100% Rap (mais pas totalement).

Breezy qui devait palpiter en studio, certainement frustré de ne pas pouvoir mettre en avant ses talents de rappeur a sorti « Boy in detention » pour pouvoir exprimer son amour pour l’art de rapper librement. « Boy in detention » c’est donc la nouvelle mixtape du chanteur (pour ne pas dire rappeur, je suis un peu perdu pour le coup). Vous ne pensiez tout de même pas que la mixtape me passerai sous le nez? L’occasion était trop belle, je ne pouvais pas louper l’étude de ce projet.

Ce qui différencie la planète rap américaine et le reste du monde pour ne pas citer que la France, c’est le culot et le public. Un chanteur R&B français ne s’aventurera jamais à prendre le micro pour rapper, d’ailleurs même s’il tentait le coup et bien même avant d’avoir sorti son projet, le public impitoyable du rap français lui tomberait dessus. Je ne vous parle même pas des punchlines que balanceraient les autres emcees sur cette tentative.

Ben ouai, en France le rap est réservé aux bad boys, dangereux et virils, issus des ruelles les plus sombres de la banlieue parisienne. Ce n’est pas mon avis, c’est juste qu’à l’écoute de certains textes, au vue de certains commentaires et certaines réactions sur les forums ou au cours de discussions musclés sur le sujet, je me suis aperçu qu’en France, d’après certaines personnes, le bon rap ne peut sortir que de la tête d’un « Gangster ».

Aux Etats-Unis d’Amérique, la mentalité est toute autre, le public et les artistes sont émancipés voire totalement décomplexés. La plupart ont même compris qu’au delà de faire passer des messages positifs ou de raconter des histoires, le rap était aussi de l’entertainment (« divertissement » pour les petits sécheurs de cours d’anglais). Tout ça pour dire que si le game l’a compris, Chris Brown aussi…

Déjà il faut savoir que Chris Brown ne rappe pas sur l’intégralité du projet. Je ne pense pas que son flow et sa technique soient pour le moment, assez élaborés pour pouvoir tenir sur la longueur. Cependant, sur ce qu’il offre sur « Boy in detention », le niveau est correcte et les parties rappées ne déçoivent pas. On peut considérer Chris Brown comme un rookie sur ce projet, son avantage c’est évidemment le R&B car les passages dans lesquels il chante sont tous réussis mais là, pas de surprise.

Le défi est relevé pour Breezy, il faut juste qu’il peaufine ses lyrics et ses thèmes. En même temps on peut pas demander à Chris Brown de rapper avec la technique de Nas ou de Jay-Z ou bien même le contraire. L’artiste prouve ici qu’il a plusieurs cordes à son arc, en plus du chant, de la danse et d’avoir serrer Rihanna (entre autres).

Parmi la pléiade de beatmakers vous pouvez retrouver: David Banner, Tha Bizness, Kevin Mc Call, 9th Wonder, No I.D, Big K.R.I.T entre autres. En terme de featurings Kevin McCall, Swizz Beatz, Diesel, Se7en, Joelle James, Justin Bieber, Tyga, J Valentine, Dawn Richard, Berner, Wiz Khalifa et Big K.R.I.T. Ce qui prouve que Chris Brown a été respecté pour son projet et que les artistes et producteurs ont cru au potentiel « rap » de CB, sachant que côté R&B l’artiste est désormais confirmé.

« Body on mine », « Private dancer », « Real Hip Hop Shit », « Snapbacks back », « Marvin’s Room remix », « Last » et « Yoko », voici les titres que je retiens du projet même si le tout est bon et que Chris Brown n’a pas fait de faux pas en s’aventurant dans une mixtape Rap/R&B.

Note: 7/10

Share this post

Franckie Small

Hoodster. Je chausse du 42,5 et je vous emmerde.

No comments

Add yours