18/12/2012 – Nemir et A2H à la Maroquinerie : bêtes de scènes, bête de show !

Share this post

18/12/2012 – Nemir et A2H à la Maroquinerie : bêtes de scènes, bête de show !

nemir a2hMardi 18 décembre, 20h15, direction la Maroquinerie (Paris 20ème), pour assister à la Release Party d’A2H et Nemir. Ces deux MC’s, fréquemment cités parmi les têtes montantes du rap français, se sont montrés sous leur meilleur jour en cette fin d’année 2012. Le premier a sorti l’album « Bipolaire » le 29 octobre dernier, un long format de très bonne facture qui dépeint toute la musicalité et la maitrise dont il sait faire preuve. Quant au second, il nous a livré l’EP « Ailleurs » une semaine plus tard : un projet plébiscité aussi bien par la critique que par ses pairs, qui lui a permis d’affirmer pleinement sa couleur musicale, tout en touchant un plus large public.

Leurs univers, bien qu’assez différents, finissent finalement par se rejoindre. Au-delà des collaborations efficaces qu’ils ont pu effectuer (« Rimes et coins de rues »), nos MC’s amènent tous deux un véritable élan de créativité dans ce rap jeu et partagent la même volonté de performer, toujours avec le sourire. Mais leur véritable point commun, et que ceux qui ont assisté à un de leur show tentent de me contredire, reste leur capacité à brûler les scènes ! L’un comme l’autre sont des véritables entertainers, qui électrisent et font transpirer toutes les salles qu’ils arpentent, grâce à une énergie débordante et un vrai sens du show. Les Can I Kick It 2 et 3 m’en sont témoins ! Après avoir partagé l’affiche un bon nombre de fois aux quatre coins de la France, Nemir et A2H ont décidé de s’associer pour fêter leurs sorties respectives.

Une date unique, sur Paris, annonçant nos deux rappeurs en tant que têtes d’affiche ainsi que de nombreuses surprises…. Que demander de mieux à l’approche des fêtes ? Retour en détails sur une soirée qui a tenu toutes ses promesses !

Warm-up : DJ LO

DJ-Lo-19951Comme annoncé sur le flyer, feu DJ LO, qui répond désormais au blaze d’Hologram Lo, était en charge de chauffer la salle. Face à un public relativement jeune arrivant au compte-goutte, l’architecte du 1995 livre un set très éclectique, allant des titres de ses potes de la Cool Connexion aux classiques du Saïan ou des X-Men, sans oublier les tubes New-Yorkais du moment (Action Bronson) ni les indémodables (Big L). Après avoir secoué sa nuque jusqu’au torticolis pendant une bonne vingtaine de minutes, Lo s’octroie un peu de promo et quitte la scène en balançant le morceau « Flingue dessus ».

« Le A, le 2, le putain de H ! »

a2h-photo-skeud-dealers-rap-hip-hopQuelques minutes plus tard, c’est au tourd’A2H d’investir les planches. Accompagné de son DJ (DJ HAZ) et d’une choriste (Mme Sow), le rappeur du 77 se met rapidement dans l’ambiance, face à une salle plutôt réactive et désormais comble. Pas de backeur en vue, c’est son « espèce d’enfoiré » de DJ qui appuiera ses phases tout au long du show. Vue la prestance qu’on lui connait, A2H n’a finalement besoin de personne pour occuper l’espace comme il se doit. Très efficace sur le refrain de « Mon rap », lorsqu’il pousse sa voix et la chansonnette (bien aidé par Mme Sow, soit dit en passant), notre MC prouve qu’il assume parfaitement en live ce qu’il produit sur disque. Son passé de chanteur de reggae y est indéniablement pour beaucoup : « On n’a pas toujours été dans le peu-ra », confirmera-t-il un peu plus tard. Mais l’heure est au gros son, et à ce jeu-là, A2H n’est pas en reste. Surtout lorsqu’il exécute le morceau « Bande d’enfoirés », en prenant bien soin d’impliquer sur le refrain un public qui commence à fortement s’agiter : « Quand j’dirai Haz, vous dites « Espèce d’enfoiré » » ! Le rappeur sarcellois Driver, premier invité de la soirée, ne tarde pas à le rejoindre pour interpréter le morceau « Par amour » (une spéciale dédicace au forumeur Abcdérien Skozi rencontré sur le tas, qui me narrait l’époque d’un Driver fin comme un coton tige, à l’époque de « Roule avec Driver » en 1994). Belle surprise pour les amateurs du genre, le célèbre Aelpéacha fait son apparition pour kicker un couplet remarqué, notamment par les anciens du fond de la classe (la fosse est pour l’instant « réservée » aux plus jeunes). « Happy face » vient illustrer l’état d’esprit que je mentionnais un peu plus haut : un rap positif, tout en sourire sans pour autant tomber dans le « niais ». Les guests prévus sont visiblement nombreux, à en croire les multiples annonces du rappeur : « C’est que le début, y’aura d’autres surprise, ne vous en faites pas ! ». C’est alors que Deen Burbigo intervient pour interpréter le titre « Laisse faire », qui a fait pas mal de bruit sur la toile. Très logiquement, son couplet sera repris à l’unisson par les jeunes supporters des premiers rangs. Vicelow, le prochain appelé, ne laisse que peu de répit au public de la Maroquinerie qu’il fera « Bouger » pendant près de trois minutes, histoire d’honorer la collaboration sur l’album de son hôte. Entre-temps, A2H se voudra plus introspectif et rappera le morceau « Terminus », avec rigueur et énergie. L’escapade reggae dont je vous parlais aura bel et bien lieu : A2H consacrera le temps qui lui reste à vanter les mérites de la verdure, pendant que les pétards s’allument aux quatre coins de la salle, au grand dam des membres de la sécurité qui ne savent plus où donner de la tête. Il en placera une « pour tous ceux qui mènent une vie alternative au quotidien », avant de se laisser aller vers un entêtant « I’m flying soooo hiiiigh ». A2H enchainera ensuite avec le morceau « Fonsdar », dans la droite lignée de l’état d’esprit qui s’est petit à petit installé, avant de conclure son set par « Je t’aime quand même ».
[youtube http://www.youtube.com/watch?v=xyGBBAgKO0E]

Un show venu d’« Ailleurs »

NEMIR_00210Après un court entracte, le temps pour tout le monde d’aller recharger les batteries (et accessoirement remplir les gobelets), Nemir entre en scène, en compagnie de son fidèle acolyte Gros Mo’ (le troisième larron Carlito ne semble pas être de la partie, cette fois-ci). Il y a quelques semaines, j’avais conclu ma chronique d’« Ailleurs » en faisant part de mon souhait de voir les nouveaux morceaux défendus sur scène. L’attente n’aura finalement pas été très longue, c’est justement sur l’intro de l’EP que le rappeur perpignanais effectue son entrée : « I’m the winner, face de peanuts ». Départ tonitruant qui indique que le show qui va être livré ce soir sera sensiblement différent de ceux qu’il a l’habitude de faire sur la capitale. Ses gimmicks, ses intonations et son flow font le taf. Si en termes d’intensité, sa prestation est équivalente à celle d’A2H, force est de constater que le public maîtrise un peu mieux son répertoire, en particulier les titres qui ont été clippés et largement diffusés sur la toile. A titre d’exemple, « Wake Up », le morceau suivant, fera un effet remarquable lorsque les premières notes de l’instrumentale soulfull d’En’zoo retentissent. A l’issue du premier refrain, notre MC marque une pause de quelques secondes, scrute la foule… et se voit rejoint par Alpha Wann, qui s’y prendra par contre à deux fois pour démarrer son 16 mesures. L’ambiance est plutôt chaude, mais pas assez au goût du Perpignanais, qui invoque une session « jump », sur le tube d’House of Pain. Un bordel sans nom s’initie dans la fosse et les spectateurs du premier rang sont régulièrement écrasés sur la barrière qui les sépare de la scène, tandis que le MC vide ses bouteilles d’eau sur son assemblée. A peine deux tracks qu’il est sur scène, mais il semble avoir déjà épuisé son stock. Vu que le public est bouillant, autant le maintenir bien au chaud, avec l’un de ses plus gros morceaux, « Ailleurs », qui a récemment dépassé le million de vues sur Youtube. Après une nouvelle feinte de départ, Deen Burbigo débarque pour kicker son couplet, dans un énorme brouha. Dans la mêlée, Nemir casse la cigarette qu’il abrite sous son bonnet, oh combien précieuse pour le « smoking kills » freestyle. Il en taxera une dans la fosse, l’allumera pour débuter son 16, et la piétinera pour le conclure : « Et si ton égo te rend vantard, Sache que je t’écrase comme un mégot dans le cendar ».

L’heure est venue pour Gros Mo de se mettre en valeur et de rapper l’un de ses propres titres. Grosse voix, flow lent, lyrics crus, etc. Son style semble diamétralement opposé à celui de Nemir, et pourtant le complète à merveille. Nemir, quant à lui, fait étal de la largeur de sa palette de MC : en bon freestyleur qu’il est, il se livre à une session impro sur « Some LA niggaz » de Dre. S’en suit sa traditionnelle démonstration de flow, sur laquelle il accélère jusqu’à donner le tournis, parfaitement backé par Gros Mo. Burbigo et Sear lui-même se rendent au milieu de la fosse pour participer à l’invraisemblable pogo qui prend forme, comme s’ils étaient des spectateurs lambda. Assez révélateur de l’ambiance qui règne ce soir à la Maroquinerie. Toutes les bonnes choses ont une fin, son set se termine logiquement par le fameux « freestyle », présent sur l’EP, sur lequel interviennent Taipan, Kenyon et Greg Frite. Ce dernier accrochera d’ailleurs sur son couplet. Conséquence : les 4 MC’s reprendront le morceau au départ, dans l’hilarité générale. Forcément, la soirée ne pouvait pas en rester là, et le freestyle se prolonge avec l’ensemble des MC’s proches, toujours dans les parages : Jazzy Bazz, Esso, Eff Gee, Saknes, etc, ainsi que tous les autres rappeurs cités précédemment (sauf Driver et Aelpéacha). Emotion Lafolie du groupe Noir Fluo grimpe sur les planches ets’empare d’un micro pour kicker à son tour. Vu la réaction des autres MC’s, à mi-chemin entre l’incompréhension et la gêne, il n’était vraisemblablement pas prévu au programme… La session se poursuit pendant une bonne dizaine de minutes.

Bilan

On est en droit d’être exigeant lorsqu’une soirée annonce deux bouffeurs de scène tels que Nemir et A2H. Celle-ci n’a pas déçu, bien au contraire ! Deux sets très carrés, beaucoup d’énergie et d’implication de part et d’autre. Un public certes un peu plus gueulard en faveur de Nemir, qui bénéficie très certainement de sa relation privilégiée avec les membres de L’Entourage (ce qui n’enlève cependant rien à son talent). De quoi donner envie d’explorer plus en détails la discographie d’A2H (très présent sur le marché des mixtapes jusqu’ici), et d’attendre patiemment la sortie physique d’ « Ailleurs », avec on l’espère quelques titres bonus ! Une fois n’est pas coutume, affaire à suivre !

Peace,

Renaud M.
[youtube http://www.youtube.com/watch?v=4xirW-IJLvI]
nemir a2h

Share this post

Renaud M.

J’écris sur les autres, pas sur moi.

No comments

Add yours